Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 16:02

 

Est-ce que je pourrai trouver une clinique?  J'en doute et je devrai subir cette chirurgie sans avoir au préalable fait l'IRM?  C'est pour cette raison que je me questionne car je ne veux pas passer sous le  bistouri sans savoir au préalable si mon sein a un cancer ou pas.  Bien sûr au moment de la mammographie et de l'échographie que j'ai fait dernièrement, la radiologiste m'a rassurée en me disant qu'aucune anomalie n'était présente dans mon sein et c'est pour cette raison que mon oncologue a pris la décision que ce n'était pas nécessaire de faire l'IRM à tout prix. 

 

J'ai du vivre il y a 3 ans l'annonce d'un cancer du sein car on n'avait pas fait les examens appropriés pour déceler ce cancer à temps, alors vous comprenez ma détresse de vouloir à tout prix faire cette résonnance avant de subir une chirurgie.  Je ne veux pas prendre le risque une fois sur la table d'opération qu'on m'annonce à mon réveil qu'ils ont du fermer car il y avait une masse dans mon sein.

 

Le plasticien après avoir palpé mon sein n'a pas trouvé de masse et il est prêt à procéder à la chirurgie.  Je ne sais plus trop quoi penser de tout cela, mais je demeure persuadée que pour ma tranquillité d'esprit, je dois faire l'IRM et si je dois attendre en septembre pour la faire à l'hôpital où je suis en attente, je le ferai si je ne trouve pas d'ici là une clinique privée qui me coûtera moins cher.

 

Si je décide de faire la reconstruction et la diminution je m'engage dans un long processus et pour le faire je veux être certaine de ma santé avant tout.

 

Pour ce qui est de mon Porth-O-Cath, la question a été posée à la chirurgienne indirectement car elle était bien trop occupée pour prendre mon appel.  Elle a donc transmis sa réponse à la secrétaire qui m'a rappelée à ce sujet.  La chirurgienne lui a transmis qu'il était improbable qu'on doive se rendre jusqu'au Porth-O-Cath lors de la diminution mammaire.  Mais encore une fois c'est une source de question.  Je veux et je vais demander qu'un chirurgien apte à installer un POC soit présent lors de la diminution mammaire afin qu'on l'installe lorsque je serai sous anesthésie générale si on doit le retirer.

 

Tous ces tracas me causent d'importants soucis et je réfléchis à tout cela sérieusement.  J'aimerais oui si je le peux subir la reconstruction car il arrive que je sois découragée de devoir porter une prothèse qui fait en sorte que je n'ai pas les seins asymétriques.  Que du côté de la prothèse je doive porter des vêtements pas trop échancrés sous l'aisselle afin de ne pas laisser entrevoir ce surplus de peau (oedème) causé par l'exérèse des ganglions.  Cet oedème est permanent et ne disparaîtra pas.  Que ma poitrine ne soit pas centrée si je porte un vêtement plus échancré sur le devant.  Que ma prothèse me cause de la douleur à l'épaule en fin de journée car la lourdeur se fait ressentir et je n'ai qu'une hâte, (retirer la prothèse).

 

Je me demandais dans l'article précédent pourquoi je ne mange plus, que je perds du poids,  je crois bien que la réponse est évidente, ce stress que je vis en est sûrement la cause.  Lorsque je subis des tensions, je perds l'appétit.  Et depuis la mammographie et l'échographie, j'ai eu à subir énormément de stress, et malgré la réponse positive du résultat, je demeure inquiète car comme le disait si bien l'oncologue le nodule est présent et je le palpe et je ne comprends pas pourquoi maintenant il dit qu'il n'est plus inquiet et que ce n'est pas une priorité de discuter avec la radiologiste qui fera mon IRM en septembre de la faire bien avant.

 

Je suis déconcertée pas son attitude, il se dit inquiet et veut à tout prix me faire passer cette résonnance, il inscrit sur la requête URGENT et ose me dire par la suite que ce n'est pas une urgence de la faire.   Lorsque je lui ai avoué qu'il m'avait dit que ça l'inquiétait, il m'a dit qu'il ne me le dirait plus lorsqu'il le serait pour ne pas m'inquiéter.  Pourtant il m'a dit dès le début, qu'il était sincère et franc lorsqu'il avait quelque chose à dire.  Je serais peut-être moins inquiète s'il ne m'avait jamais avoué l'avoir été.

 

J'ai choisi de subir cette chirurgie à l'automne pour profiter de mon été et de la piscine qui soulage mes douleurs, mais elle ne réussit pas à atteindre la chaleur désirée pour la baignade.  Peut-être que j'aurais dû opter de la faire en juillet comme le proposait le plasticien, la piscine aurait atteint une bonne température et j'aurais pu faire mes exercices quelques semaines plus tard pour retrouver la mobilité de mon bras si je fais la reconstruction.  Comme je vous l'ai déjà souligné, si je décide de reconstruire, la reconstruction se fera en tout premier et la diminution par la suite.   Il sera important que je puisse retrouver la dextérité de mon bras et l'eau est un très bon exercice.

 

J'ai tout fait pour qu'on me fasse cet IRM avant et peine perdue.  Je dois continuer à vivre ainsi si je ne trouve pas la clinique qui offre de bons prix.  J'espère seulement que mon oncologue dise vrai et que ça ne soit pas cancéreux car je serai sous le choc encore une fois de ne pas avoir été écoutée comme il se devait.  Une femme ayant subit un cancer est selon moi prioritaire pour tous les examens concernant son autre sein et qu'il se peut que le cancer ait décidé de s'y attaquer.  J'espère seulement que cette perte de poids et d'appétit soient causés par le stress et que ce n'est pas un nouveau cancer qui me gruge sournoisement.  Je ne pourrai pas poursuivre si c'est le cas car j'ai appris que ce sont seulement les riches qui peuvent le faire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nallie 27/06/2012 18:02


france


la décision et je sais combien difficile


mais si tu y penses c'est que tu as déjà fait un bout de chemin pour cette intervention il te reste juste a savoir quel chirurgien et quel clinique


pour l'intervention je pense qu'il n'y a que le lambeau et prothèse


quand je me suis réveilleé du bloc j'ai vraiment sentie un soulagement et je me suis sentie a nouveau une femme


depuis la reconstruction je ne pleure plus et je vais beaucoup mieux dans ma tete je n'ai plus besoin de voir une psychologue je peux m'habiller comme je veux


tu peux relire mon témoignage lors du reveil au bloc


 


j'encourage les femmes qui veulent la reconstruction de foncer


a bientot bisous nallie

bfrance 27/06/2012 18:48



La décision n'a pas été difficile car au départ je ne songeais pas à la reconstruction, mon idée était faite je ne la faisais pas.  Au fil des 3 années qui viennent de s'écouler j'ai
réfléchi à la reconstruction une fois dans le bureau du plasticien parce que je suis allée le voir pour seulement faire diminuer mon sein.  J'ai posé des questions sur la reconstruction et
je lui ai dit que par lambeau il n'en était pas question et ni par de la graisse prise sur mon abdomen.  J'ai choisi la prothèse, mais je ne sais pas encore si ce sera par une simple
prothèse ou bien par l'expandeur (prothèse insérée sous le pectoral et par la suite des injection de liquide jusqu'à ce que le volume du sein reconstruit soit adéquat).  Il veut reconstruire
au départ et diminuer mon autre sein lorsque le sein sera rendu au volume désiré.  Je le revois le 17 juillet pour discuter de tout cela et prendre ma décision finale.



Kelly 20/06/2012 20:34


Tu as sans doute raison pour le stress qui te coupe l'appetit. Que de questions. Pas facile pour toi. Profite de ton été, détend toi (si possible) Bisous

bfrance 21/06/2012 20:03



Je crois que le stress n'aide pas pour mon appétit et je vais pencher dans ce sens, ce sera moins stressant que de penser que je peux avoir quelque chose côté santé qui me fait manger
moins.  Je me détends, je réussis à le faire malgré tout et je profite des belles journées comme celle d'hier et d'aujourd'hui 32 degrés, c'est vraiment très chaud et ce sans compter le
facteur humidex, oufff je sue, et la piscine est à 80 degrés F mais avec la peau très chaude imagines-toi que je la trouve trop froide lol..  Bisous et profites aussi de l'été.



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives