Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 07:11

Dès notre tendre enfance nous avons été éduqués à apprendre ce que sont les vraies valeurs de la vie et à mettre le tout en pratique tout au long de notre vie.    Nos parents nous ont inculqués dès notre jeune âge ces valeurs essentielles afin de faire de nous des personnes de coeur.

  

Nous savons ce que sont les valeurs de la vie et  les mettre en pratique.  Des  situations de la vie nous amènent souvent à faire face aux vraies valeurs de la vie et à mettre en pratique ce que nos parents nous ont inculqués.

  

Savons-nous comment réagir lorsque nous devons réagir à une situation?  Je répondrai pour ma part que ce n'est pas donné à tous d'avoir de  bonnes valeurs.  Certains n'ont jamais eu  de vraies et bonnes valeurs parce que leurs parents n'ont pas su leur apprendre n'ayant pas appris eux-mêmes de leurs parents. 

  

La vie pour certains leur a appris lorsqu'ils y ont été confrontés.

 

   

Quelle définition donneriez-vous  aux  vraies valeurs?

  

En ce qui me concerne ce sont divers  événements de la vie qui me confronte à les mettre en pratique.

  

J'ai  eu une amie qui a été très malade et je m'occupais de son petit garçon dans le jour pour lui  permettre de se reposer  Je lui téléphonais pour prendre de ses nouvelles, je lui ai fait de petits plats, j'allais la chercher pour l'inviter à venir marcher, etc.

  

Lorsque mon beau-père est devenu veuf, nous nous rendions chez lui  à plus d'une heure de route pour lui tenir compagnie et j'en profitais pour lui demander ce qu'il voulait manger afin que je lui fasse des petits plats.  Je lui ai montré comment en préparer car il n'était pas l'homme qui faisait à manger, sa femme faisait tout.  Ça me faisait plaisir de le faire et je sais que ça le rendait  heureux malgré son  chagrin.

  

Lorsque son logement a été incendié nous avons  participé au nettoyage et nous l'avons aidé à récupérer ce qui était récupérable.  Nous avons quelques années plus tard du le visiter à l'hôpital suite à une chirurgie et nous étions présents lorsque son  médecin lui a donné  son congé  et nous l'avons ramené chez lui en s'arrêtant à la pharmacie prendre ses prescriptions et je lui ai montré comment les prendre et à quelle fréquence. 

  

Il y en aurait tant à énumérer, mais le principe des valeurs de la vie sont simples à comprendre et même si ce ne sont pas tous les gens qui ont reçu cette éducation,  il suffit de rencontrer sur notre route des personnes qui ont appris dès leur jeune âge ce qu'était les valeurs de la vie.

  

J'ai lu il y a quelques jours un commentaire sur Facebook d'une personne que je connais très bien qui disait:  

  

Lorsque nos parents nous ont inculqué les vraies valeurs, il est facile de leur rendre la pareille.

  

Cependant, connaissant très bien les parents de cette personne, je crois qu'ils ont inculqués à leurs enfants les vraies valeurs, cependant eux ne pratiquent pas toujours ce qu'ils ont appris à leurs enfants.  Je le dis avec sincérité car je n'ai jamais vu de ma vie de telles personnes pouvant être si hypocrites et mesquines et qui rendent service seulement pour  bien paraître.

  

Lorsque l'on offre de l'aide sous n'importe quelle forme que ce soit, il est primordial de le faire sincèrement sans le regretter et  reprocher de l'avoir fait.  Ils prennent plaisir par la suite à remettre sous le nez  qu'ils ont aidé et si on ne leur donne pas en retour des sous, rien ne compte.  Un simple remerciement ne leur convient pas.  Pour eux, remercier ça équivaut à des $$$$.  Pas de $$$ tu es ingrat.  L'argent est pour eux trop important.  Tout est bien lorsque ça sent l'argent, sinon ça n'a aucune valeur l'aide que tu peux leur offrir.  Tout leur est dû.

 

C'est désolant de voir et de savoir que  ce genre de personne existe et il est préférable de s'en tenir loin , elles n'ont rien de bon à nous apporter,  sinon de la colère.

 

Heureusement, il existe en 2012 des personnes très ouvertes à discuter du cancer, et il ne faut pas garder en dedans ce qui nous fait si mal à l'âme tout comme au corps et parfois un corps meurtri que certaines ne supportent plus de regarder parce que pour elles il n'est définitivement plus féminin et que ça peut être délivrant de se laisser aller doucement un petit peu à chaque fois  à la discussion et vous serez étonnées que l'on peut s'en sortir.

 

 Je suis  plus humaine depuis mon cancer et j'ai appris qu'il existe encore de bonnes personnes qui sont empathiques à ce qui m'arrive tout comme moi  qui ai appris que je peux les aider à faire face à ce cancer.  N'ayez pas peur de côtoyer vos amis(es) qui ont  un cancer, ça  ne se jette pas  sur les gens cette cochonnerie.   Ce sont des personnes que l'on a le goût de côtoyer parce qu'elles sont humaines et qu'il y a beaucoup  à apprendre et comprendre d'elles.  Elles n'attendent que vous leur tendiez les bras.  Ne les oubliez surtout pas, elles éprouveront possiblement le besoin de vous en parler. 

 

D'autres ont été assez effrontées pour me dire lors d'un souper entre amis de me taire et de ne plus parler de mon cancer.  J'ai compris rapidement à  quel genre (race humaine) j'avais affaire.  Elles ont  aussi fait le choix de ne plus me côtoyer et je les en remercie du fond du cœur, car il n'y a rien à retirer de positif d'elles.  Il existe trop de bonnes personnes pour perdre notre temps avec ce genre de la race humaine  qui ne comprend absolument rien de la vie avec ses bons moments et ses mauvais.

 

Si un jour  elles sont confrontées à la maladie ou autre à d'autres problème et qu'elles ressentent le besoin de se confier, je ne pourrai pas.  Je les ai aussi renié de ma vie et nous en sommes heureux mon mari et moi.  C'était invivable. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

  

Repost 0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 19:22

Toute une soirée d'émotion hier ainsi qu'aujourd'hui.  Sans que ce soit voulu et attendu, ma fille m'a encore peinée hier soir.  Et cet après-midi lors de ma prise de sang en oncologie en prévision de mon traitement d'Arédia, j'ai encore éclaté en sanglots. 

 

L'infirmière du service en oncologie qui a toujours été présente depuis le début de mon cancer, m'a consolée aujourd'hui et m'a écoutée.  Elle me disait que c'était la première fois qu'elle me voyait autant pleurer depuis l'annonce de mon cancer.  Comme elle le disait, je n'ai pas pleuré mon cancer et toutes les émotions ont été refoulées et j'éclate 3 ans plus  tard.

 

On ne sait pas si la recherche trouvera le traitement pour  guérir des métastases osseuses, et je ne me décourage pas, l'espoir est toujours présent. 

 

Les traitements qui refont surface tous les mois, les visites régulières avec l'oncologue sont comme me le disait l'infirmière "inévitable" et ça nous remet notre cancer en plein visage à chaque traitement ou visites médicales. 

 

Comme je lui disais, je suis forte pour mon mari et j'essaie aussi de lui faire comprendre que nous n'avons pas le choix de penser que cette maladie aboutira et qu'il faut l'envisager.  Mais lorsque je me le suis fait dire par ma soeur que déjà 3 ans sont passées depuis l'annonce, qu'il faut que je sois réaliste pour envisager de vivre peut-être encore 10 ans maximum ce n'est pas évident et ça fou la trouille.

 

Tout comme ça aussi été le cas avec la conseillère financière lors de la paperasse à signer pour ma retraite, nous n'avions pas le choix d'envisager un placement pour la retraite en prévision du temps qu'il me reste.  Nous avons ajouté des années supplémentaires pour être certaine de ne pas manquer d'argent.  Se le faire dire est plus difficile pour moi que de le faire comprendre à mon mari. J'ai une fois de plus éclaté en sanglots. 

 

Tout ce que j'ai vécu avec mon autre médecin qui ne s'occupait pas de moi au moment où j'en avais le plus besoin avec mes douleurs atroces, la famille qui nous a abandonné, ma fille qui est totalement absente de notre vie, ma préparation à la retraite, ma décision de poursuivre en justice, la douleur et la médication qui n'est pas encore à point, j'en ai trop sur les épaules et il fallait bien s'y attendre.  La femme forte que je suis est aussi humaine et elle a dépassé sa limite.

 

Comme je n'ai personne pour évacuer toute cette peine, tout ça est sorti en présence de l'infirmière.  Je ne sais si je pourrai supporter cela bien longtemps.  Pour ce qui est de notre fille,  c'est difficile à vivre et tant qu'elle ne  comprendra pas le mal qu'elle fait,  rien ne sera possible. Et ce n'est pas mon cancer qui la rend ainsi, elle était identique à cela avant le cancer.   Un jour je l'espère elle comprendra.  F0005816-1-.jpg 

 

Ma crise de larme n'est sûrement pas terminée parce que j'en ai trop à évacuer, mais je me sens plus calme, ça m'a fait un grand bien de pleurer.

 

Je ne souhaite à personne de vivre cette grande peine parce que pour un coeur de mère, c'est la pire chose qui peut arriver.

 

 

 

 

Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 04:54

Tout ce qui est demandé, c'est de garder cette flamme en circulation. Faites-le ...au nom d'un être cher qui a succombé du CANCER, ou pour un être cher qui se bat contre... Une chandelle ne perd rien lorsqu'elle sert à en allumer une autre. S'il vous plaît, gardez la flamme vivante !

 

Qui t'es ?? T'as osé entrer dans ma vie sans me le demander, et tu as fait de ma destiné tout ce dont je déteste. Mais pourquoi t'acharnes-tu sur moi.  Qu'ai je fais pour mériter ça.

 

Tu hantes les miens jusqu'à la mort sans aucun regret ni remord.  Et avec tes bras de fer tu veux les conduire en enfer. Mais eux se battent contre toi et c'est  ça qui fait nos lois. On ne devrait même pas parler de toi, mais tu ne nous laisses pas le choix.

 

Un jour j'espère te voir pourrir dans ton cercueil pour que l'on puisse tous faire ton deuil avec gaieté et bonne humeur. Car c'est toi qui fais mon malheur. Je te hais et je sais que tu n'a pas fini de détruire tous ceux qui t'on connu sans jamais l'avoir voulu saleté de cancer. Tu me laisses un goût amer !

 
 
J'ai trouvé ce texte par hasard et j'ai voulu le partager avec vous. Il exprime bien ce que représente le cancer pour moi et possiblement pour vous. Et n'hésitez pas à commenter et à dire ce que vous en pensez.  Défoulez-vous à tour de rôle dans vos commentaires, laissons sortir cette peine que nous a fait ce sale cancer.
 
Peut-être l'avez-vous déjà fait.  Je trouve ce texte très bien, et juste à le lire je me sens mieux parce que ça exprime ce que je ressens vis-à-vis de lui qui bousille ma vie.
Repost 0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 16:31

En 2010 existe t-il des tabous sur le cancer du sein? Il est important d'en parler justement. Il n'y a aucun tabou qui devrait exister pour cette maladie. Mais pour bien des gens, une femme qui a perdu un sein n'est plus une femme. La femme qui a perdu un sein est toujours une femme avec un sein en moins. 

 

Elle se sent moins féminine et attirante et c'est un passage normal psychologiquement après cette mutilation.  Pour certaines, le choix sera de faire une reconstruction, pour d'autres la prothèse amovible et d'autres rien du tout.  Ce choix nous appartient.

 

Nombreux sont les hommes qui ont quitté leurs femmes suite à ce diagnostic. Aimaient-t'ils leurs femmes juste pour leur sein, ont t'il du dégoût à la regarder, à la toucher, qu'est-ce qui peut bien leur passer par la tête pour agir ainsi? Nous n'avons pas toute la chance d'avoir des conjoints compréhensifs qui nous aiment assez pour continuer à vivre avec nous.

 

J'aurais encore de la difficulté à me montrer dans un endroit public sans prothèse, pour moi il est important de la porter.  Au départ je suis restée 3 mois sans prothèse parce que je ne pouvais pas la porter à ce moment, ma cicatrice avait ouverte. C'était moins évident parce que c'était en hiver et que le manteau camouflait. J'en ai vu faire leur course sans prothèse et bravo si elles se sentent à l'aise.

 

Une amie me disait qu'elle a vu sur la plage  à Cuba une femme s'étendre au soleil et elle avait perdu ses 2 seins. Elle a retiré son haut de maillot et s'est étendue ainsi sans gêne. À Cuba il est permis de retirer le haut du maillot. Je ne l'aurais jamais fait avec mes 2 seins, alors sans il est certain que je ne le ferais pas avec un seul sein.  Je dis bravo à celles qui  le font et ne ressentent aucun malaise à le faire.

 

Que l'on fasse n'importe quoi ou dise n'importe quoi, il y aura toujours des gens pour juger peu importe dans quel domaine. Ici ce blog existe pour pouvoir s'exprimer et ne pas être jugée. Et le cancer du sein n'est pas tabou une bonne fois pour toute. Il suffit juste d'en parler, parce qu'en parler aide à assimiler la condition dans laquelle nous nous retrouvons suite à un cancer du sein.

 

En parler aide énormément, ne pas l'avoir fait je ne serais pas aussi sereine.

Repost 0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 06:06

Messieurs il y a quelques semaines,  j'ai publié un article vous invitant à venir témoigner de votre expérience sur le cancer ou la maladie grave que votre femme a subit dans le but de voir comment vous réagissez à cette épreuve et comment vous vous en êtes sortis.

 

À toutes les femmes ici qui témoignent régulièrement, faites témoigner vos maris sur le sujet de la maladie, de ce que vous avez vécu ensemble.

 

Faites-les témoigner dans la rubrique écrire un commentaire au bas de cet article.

 

Lorsque nous vivons en couple, nous vivons la maladie à deux et vous êtes concernés également et vous êtes forts et vous méritez d'être félicités également par votre courage.

 

Il n'est pas toujours facile de le faire, parfois il faut piler sur notre orgeuil pour venir affronter un groupe de femmes, mais ça sera un beau geste que vous ferez et votre conjointe en sera heureuse.

 

Ce ne sont pas toutes les personnes qui réagissent de la même façon à un cancer ou une maladie grave, et lire des témoignages peuvent vous aider. Vous pouvez même si vous rencontrez un autre homme qui a commenté, entrer en contact avec lui par la suite pour vous en parler et vous encourager.

 

Voici le témoignage de mon mari Richard:

 

Richard:   France est une femme courageuse qui est passé au travers plusieurs étapes pas faciles à vivre pour elle car elle souffrait.  J'ai été avec elle tout au long des examens à passer, lors de ses hospitalisations, de ses visites chez l'oncologue, et j'ai pleuré je ne me cache pas de cela.  Je m'en suis occupée avec amour car elle ne mérite pas de subir ce qu'elle subit.  Elle peut compter sur moi jusqu'au bout parce que je l'aime. 33 ans de vie commune est un signe que notre amour est très fort. Ce n'est pas toujours facile de la voir souffrir, mais nous passons au travers avec brio jusqu'à présent.

 

Venez vous aussi témoigner et nous parler de votre vécu, je vous encourage à le faire.

 

Merci de me lire,  et j'espère que d'autres messieurs feront la même démarche que moi.

 

Merci, et bon courage à vous tous.

Richard

 

Merci Richard, j'apprécie beaucoup, et j'espère que d'autres prendront exemple sur toi, je t'aime.

 

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 20:36

Que c'est aberrant de voir nos proches nous ignorer comme si nous avions la peste. Ils vont jusqu'à ignorer le conjoint, il faut le faire. Ils font comme si nous n'existions plus jusqu'à nous ignorer même dans les endroits publics. Nous vivons malheureusement en trop grand nombre ce genre de situation et il est temps d'en parler. Eux n'ont pas le courage de nous faire face mais nous, nous pouvons exprimer ce que nous ressentons. Mais quelles sortes de gens sont t'ils pour agir de la sorte.  À vous de répondre!

 

 Témoignage de Bribri:



Moi aussi je suis d'avis de dire les choses que nous ressentons !!!! Il le faut !!! Mais malheureusement nous ne sommes guères écoutés !!!! grrrrrrrr
moi personnellement déjà avec ma fibro tous mes amis m'ont laissés tombée, et là j'avoue que pour mon cancer, il y a même ma maman qui ne veut pas me comprendre !!!!
A
lors continuons toutes à nous battre !!! et vivons un peu pour nous.



Témoignage de Caro:



Bravo ma belle pour ce courage de dire ce qui te fait rager malgré que je ne viens pas souvent ces temps-ci, je suis toujours là tu sais et je comprends totalement et très bien ce que
vous vivez, nous aussi des gens se sont éloignés de nous dans les moments où nous avions le plus besoin. Même en rémission on continue de vivre des peurs, des douleurs etc....je te comprends tellement.

Je t'envoie plein de câlins et de bisous je suis là et je ne te laisse pas tomber ne l'oublie pas.

Témoignage de Bribri:



eh wi c véridique ce que j'ai écrit toute à l'heure
mes amis me disaient qu'après leur visite ils leur fallait une semaine pour récupérer !!!!!
M
ais bon tu vois ma grande, maintenant je m'accroche à ma propre famille que j'ai crée avec mon mari, point final !!!!
il faut en arriver là hélas! 
Allez bon courage à vous toutes, et surtout ne vous taisez plus, nous avons le droit à l'expression, dommage que cela dérange pas mal de personnes, mais pourquoi toujours nous taire ????

 

Tous ces témoignages prouvent que trop de gens ignorent les personnes malades par peur ou autre chose. On préfère les mettre de côté et faire comme si elles n'existaient plus. Vous avez lu comme moi que ces personnes sont toutes laissées de côté avec leur maladie.

 

Il faut évoluer car des cas de cancer il y en a et il y en aura toujours et sachez que toutes ces personnes ont une grande force intérieure qui pourraient vous en apprendre énormément sur ce qu'elles vivent avec tout ce courage. Mais vous préférez les ignorer et vous ne pouvez pas vous rendre compte que ces personnes méritent vos encouragements d'avoir autant de courage pour  pouvoir passer au travers ces épreuves.

 

Peu importe la maladie, lorsqu'il y a un pronostic plus ou moins bons, beaucoup préfèrent s'éclipser. Évoluez bon sens.
 

Certaines n'ont pas de conjoint et d'enfants et sont seules parce que leur famille a préféré les mettre de côté, trouvez-vous cela normal? La famille et les amis ne sont pas supposés être présents dans nos vies seulement quand tout va bien. Réfléchissez à cela et un jour ça sera peut-être vous qui serez confrontés à ces situations et vous réaliserez ce que cela fait aux personnes malades parce qu'à ce moment ça sera peut-être vous qui le serez! Les gens ne demandent pas une présence constante, mais juste un petit mot d'encouragement, qu'on s'informe d'eux, que la personne malade sache que les siens sont tout près. C'est si peu et si bon à la fois.

 

Réfléchissez également à ceci:  Le conjoint de la personne malade est peut-être votre frère, votre oncle, votre cousin ou beau-frère et qu'eux aussi ont besoin des leurs! Ce n'est pas facile pour personne, tout autant pour la personne malade que la personne qui nous supporte. Elle a aussi besoin de se sentir appuyer.

 

 Je sais que les personnes qui ont publié un commentaire, sont toutes des femmes que j'aime et qui sont heureusement tout comme moi supportées par leurs conjoints.  Et je dis un grand merci à ces hommes courageux qui sont près de nous jour après jour.

 

Que ça fasse votre affaire ou pas, nous avons choisi de s'exprimer!

 

  

 

 

 

 

 

Repost 0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 06:39

Lorsqu'un cancer se présente dans une famille, la première réaction est :  Pleurer, être sous le choc, être révolté, être angoissé et avoir peur.  Beaucoup ne savent pas comment réagir et ne savent pas quoi dire. Plusieurs ne peuvent se confier, ils éprouvent une crainte et ils se disent bahhhh, ça changera quoi si je me confie à un ami ou un psychologue, la maladie est présente et nous devrons y faire face. Mais dites-vous que le cancer du sein se guérit très bien maintenant et c'est encourageant.

 

Certains restent forts vis-à-vis de leur conjointe, d'autres pleurent sans arrêt et ne sont d'aucun support. Il n'y a aucune honte à pleurer, c'est légitime.  Vous prenez conscience que c'est votre amour qui est malade, celle qui partage votre vie et il est tout à fait normal que vous perdiez les pédales.

 

Si j'avais à choisir entre moi ou mon mari qui soit malade, je me serais choisie, mais je n'ai pas eu besoin de le faire, il en a été décidé autrement. Je n'aurais pas bien supporté voir mon mari malade et juste l'idée de le perdre m'aurait rendue folle.

 

Alors je comprends ce que vous pouvez vivre tout comme mon mari le vit, il est positif maintenant, mais il est anxieux à l'intérieur et ne dit pas toujours ce qui le tracasse. Il y a des étapes à franchir, et lorsque c'est trop et que nous ne voyons pas le bout du tunnel, rien de mieux que d'en parler.

 

Ne gardez pas ce poids en vous, libérez-vous et venez nous parler de ce que vous vivez, ici c'est anonyme, personne ne vous voit et vous pouvez prendre un nom fictif pour ne pas être reconnu. Tout cela se fait dans la discrétion et je vous attends, car un cancer du sein ou autre, est un combat qui se mène à deux lorsqu'il y a un couple et à plusieurs lorsqu'il y a des enfants qui sont en âge de témoigner et de se soulager le coeur.

 

Ce n'est pas facile à vivre, mais croyez-moi avec beaucoup d'amour, de l'espoir, du courage, de tenter de garder des activités que vous faites ensemble ne feront qu'embellir vos journées. Un jour à la fois et profitez des vôtres, je vous attends et j'ai vraiment hâte de vous connaître.


~ Il y a actuellement personnes connectées à Over-Blog dont sur ce blog ~


Repost 0

Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives