Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 06:05

Une nouvelle année s'est pointée il y a exactement 28 jours et je vous souhaite qu'elle soit belle avec toutes les bonnes choses que l'on peut attendre et désirer.  L'année 2016 n'a pas été pour moi la meilleure. 

 

J'ai eu des soucis de santé qui ont débuté en octobre dernier et qui s'éternisent encore. J'ai eu un problème d'abcès à la mâchoire qui a atteint l'os de la mâchoire et j'ai été hospitalisée 7 jours en novembre et 3 jours avant Noël.  Les médecins ont tardé à faire ce qu'ils devaient faire pour remédier à mon état. Ils m'administraient des antibiotiques intraveineux et j'ai poursuivi à mon retour à  la maison par biberon.  Ces biberons sont préparés dans une pharmacie à Montréal parce que ça prend un équipement spécial pour les préparer et ce ne sont pas toutes les pharmacies qui offrent ce service. C'est génial parce que ça permet de demeurer à la maison et de recevoir mes traitements sans devoir être hospitalisée. Je l'ai été une semaine pour stabiliser ma condition avec les antibiotiques, mais ça n'a pas été un succès car je ne répondais pas à l'antibiotique.  Comme j'étais allergique à la pénicilline, le seul que je pouvais recevoir était la clindamycine.  

 

J'ai été référée à un microbiologiste et ce fut la meilleure décision. Il m'a informée que le meilleur traitement pour cette infection est la pénicilline. Comme j'y étais allergique, il m'a référée à un allergologue pour que je fasse des tests d'allergie. Le résultat était concluant, les allergies dont je souffrais à l'adolescence n'existaient plus.  Alors depuis 2 semaines, je reçois de la pénicilline par voie intraveineuse avec une pompe qui libère l'antibiotique aux 4 heures.  Les résultats sont concluants, il y a de l'amélioration, mais comme je débute, je pourrai constater au fil des 6 prochaines semaines qu'il me reste à recevoir cet antibiotique par voie intraveineuse les améliorations qu'il y aura.

 

Par la suite, les antibiotiques par voie orale continueront à faire le travail.  J'espère que cette infection sera disparue complètement et que ma joue ne sera plus enflée.  Il y a de l'amélioration de ce côté parce que vous auriez du me voir au début, j'avais la joue aussi grosse qu'une tomate. Ah, j'étais sur le point d'oublier de vous dire comment on appelle ce type d'infection.  C'est une ostéite,  infection de l'os.

 

Ma lèvre inférieure est devenue croche depuis le début de cette infection et j'espère que tout rentrera dans l'ordre une fois l'antibiothérapie terminée.  Les médecins ne peuvent rien me confirmer à ce sujet.

 

Je recevrai pendant un an de la pénicilline par voie orale.  Vous me direz, un an? Je constate que c'est très long, mais mon infection est présente depuis trop longtemps, le microbiologiste tient à ce que je prenne la pénicilline pendant tout ce temps.

 

Ce n'est pas recommandé pour les reins et le foie d'en prendre sur une si longue période, c'est la raison pour laquelle  le microbiologiste m'a prescrit des analyses sanguines une fois semaine.

 

J'oubliais, comme si ce n'était pas suffisant, je me suis fracturée le pied droit à un jour près de mon infection (31 octobre). Une très mauvaise fracture, ligament déchiré et 3 os fracturés sur le dessus du pied.  L'orthopédiste m'a donné congé de bottine mercredi. Ça faisait 3 mois que je la portais. J'avais le choix pour la bottine ou le plâtre, et j'ai préféré la bottine, c'est beaucoup plus pratique parce que je pouvais la retirer pour me doucher, dormir, etc...

 

En terminant, je suis sur la bonne voie de guérison et je souhaite ne plus jamais refaire une ostéite.

 

Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 18:42

Depuis quelques jours je pensais à revenir plus régulièrement pour prendre de vos nouvelles, vous donner de mes nouvelles, rédiger de nouveaux articles parce qu'une absence prolongée comme la mienne mérite que je prenne le temps pour vous mes fidèles lectrices.

J'avoue qu'en ouvrant mon blog j'ai eu une très mauvaise surprise. On avait décidé à ma place de migrer mon blog vers la nouvelle version sans d'abord me le demander. Ils ont clôturé Mon Partenariat Droits d'Auteur et on me demande de signer mon nouveau contrat. Ils ont converti mes points en coupon Prenium, ce qui veux dire que je devrai payer pour avoir ce blog. Je n'ai jamais voulu migrer pour devenir Prenium et je ne débourserai jamais pour écrire mon blog. Devenir Prenium est sensé donner plus de visibilité à mon blog, j'en doute fort parce que mes articles seront toujours écrits de la même manière, c'est-à-dire avec tout mon cœur.

Je trouvais bien de pouvoir rédiger des articles pour partager mon histoire sur mon cancer du sein, ce goût de l'écriture pour partager mon vécu m'a beaucoup aidée et j'ai aidé plusieurs femmes également. Notre groupe a perdu 3 lectrices depuis mai 2009, date où j'ai débuté et décidé de partager mon histoire. Trois lectrices que j'aimais bien qui sont décédées et un lien d'amitié fort c'était créé.

Je vais tenter de rejoindre les administrateurs d'OverBlog afin de leur exprimer que je désire mon désaccord sur cette façon de faire et mon désir de demeurer sur OverBlog de la même façon que je l'ai toujours été sans avoir à débourser pour écrire. Cette façon de faire a toujours été respectée et si on me demande dorénavant de débourser pour avoir le droit d'écrire, je déménagerai mon blog ailleurs. Je vous tiens au courant des développements et si je déménage le blog, je vous indiquerai la nouvelle adresse. Ce sera beaucoup de travail de transférer cette grande quantité d'articles j'en suis très consciente et j'avoue que ça me décourage parce que je ne m'attendais pas à cette mauvaise surprise ce matin en ouvrant mon blog.

Je vous dis à bientôt et prenez soin de vous!

Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 23:42

Comme ça fait longtemps que je ne suis pas venue sur le blog, c'est impardonnable de ma part.  Je ne vous oublie pas, je pense à vous souvent.  J'ai moins le goût d'être à l'intérieur pour écrire des articles avec le beau soleil et je vous avoue bien sincèrement que je ne suis pas inspirée pour publier des articles.

 

J'ai vu l'oncologue en juin dernier et comme tout allait bien je ne fais pas d'examen jusqu'à mon prochain rendez-vous en octobre.  Avant cette visite en juin je passais des examens aux trois mois (résonance magnétique, scanner ainsi que la scintigraphie osseuse).  J'ai passé une scintigraphie la semaine précédent mon rendez-vous et elle m'a informée que si la scintigraphie était négative, je ne ferais plus ces examens ainsi que les analyses sanguines qui comprennent les marqueurs (CEA-CA 15-3-CA-125) tous les mois comme c'était le cas parce que je ne faisais plus les examens régulièrement.  C'était ce choix qu'elle m'avait offert parce que disait t'elle, les analyses sanguines démontreraient si quelque chose n'allait pas bien et à ce moment j'aurais repris les examens régulièrement.  Donc, pour ma prochaine visite je n'aurai qu'à faire les analyses sanguines et je serai fixée si mon état est toujours aussi bon où si les examens rapprochés reprendront.

 

Je me croise les doigts pour que mon état demeure stable comme c'est le cas présentement, c'est vraiment bien de ne pas avoir en tête les examens, les rendez-vous médicaux, un été tranquille sur ce point et bien d'autres.  Nous n'avons rien de planifié cet été comme faire un voyage, la seule sortie à l'extérieur fut une visite dans la famille à quelques 3 heures de route et des visites chez des amis dans la région où nous vivons. 

 

Quelques travaux ont été faits, (changer des fenêtres) au début de l'été.  Un été tranquille, même un peu trop tranquille.  J'ai donné beaucoup de mon temps à mes fleurs, j'ai même aménagé un autre endroit pour de nouvelles fleurs. J'ai eu des courbatures suite au temps passé à genoux dans les plates-bandes, mais de bonnes courbatures qui me font oublier la maladie et me faire sentir bien en vie après avoir fait des travaux qui m'ont fait penser lorsque j'étais en santé et que je ressentais après avoir travaillé, ces courbatures tout à fait normales.

Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 18:58

Tout d'abord, je veux m'excuser pour la présentation du blog qui est changée depuis quelques jours.  C'est en voulant essayer d'y ajouter une nouveauté que ça s'est produit.  Je travaille tous les jours à retrouver la présentation originale et j'espère que tout s'arrangera très bientôt.  J'ai vraiment hâte de trouver la cause de tous ces problèmes.

  

 Je vous ai fait part de mes nombreux rendez-vous médicaux que j'ai eus la semaine dernière.  Le 20 décembre était le dernier.  Je suis allée rencontrer un urologue.  Lors de mon hospitalisation en août dernier,  j'ai eu beaucoup de difficulté à uriner, le médecin a donc pris la décision de m'installer une sonde. 

 

J'ai eu une sonde dans le passé lors d'une intervention chirurgicale qui avait été installée lorsque j'étais anesthésiée.  En (août 2013) on m'a installée la sonde dans mon lit, sans aucune anesthésie locale.  En temps ordinaire j'aurais éprouvé une grande crainte que ça fasse très mal, mais les douleurs que j'ai connues avant d'être hospitalisée étaient au maximum de ce qu'un être humain peut endurer, et ce n'est pas l'installation de cette sonde qui allait m'effrayer.

 

Tout s'est fait dans le respect et je n'ai pas éprouvée de douleur.  Comme je ne sortais plus de mon lit, je ne pouvais pas uriner et ce même si on m'apportait la bassine au lit.  Quoi de pire que d'uriner dans une bassine.  Avez-vous déjà uriné dans une bassine?  J'en étais incapable comme ce fut le cas lors d'une autre hospitalisation.  Je n'ai jamais réussit à uriner.  C'est  d'ailleurs pour cette raison qu'on m'a installé une sonde.

 

C'était vraiment un soucis de moins cette sonde, ça me permettait de rester au lit sans avoir à me lever pour me rendre à la salle de  bain, la sonde faisait le travail.  N'ayez aucune crainte si on doit vous installer une sonde, ce n'est vraiment pas douloureux.

 

Le médecin qui m'a prise en charge lorsque j'ai été hospitalisée m'avait référée en urologie  pour mes problèmes  à uriner.  Imaginez, la demande a été faite dans la semaine du 12 août et j'ai vu l'urologue le 20 décembre.  Ce délai démontre qu'il y a beaucoup de personnes qui sont sur des listes d'attente pour voir un spécialiste.

  

Ces listes d'attentes sont classées comme l'exemple ci-dessous:

  

Le spécialiste que vous devez voir classera votre demande selon l'urgence du problème à traiter.

  

Urgent

Semi-urgent

Électif (non-urgent)

 

 

Avant l'hospitalisation, j'ai connu un épisode difficile pour uriner.  Je pouvais demeurer assise sur la toilette très longtemps, si longtemps que je finissais par m'endormir pour me réveiller plus tard, toujours assise sur la toilette avec en bonus une douleur aux fesses.  Ce n'est pas l'endroit le plus confortable pour dormir, alors à mon réveil, j'avais toutes les marques du siège étampées sur mes fesses. 

 

J'ai parlé à mon médecin de famille de mes difficultés à uriner.  J'étais quelque peu gênée de lui parler que je m'endormais la nuit sur la toilette.  Je l'ai prévenu (de ne pas rire)  avant de lui raconter cette histoire qui disons-le est intimidante. Après lui avoir dit, il a sourit bien sûr et moi aussi.  C'était un soulagement  pour moi de lui avoir confié ce problème,  parce que je ne voulais pas que  ça se reproduise.   Il m'a fait passer des tests qui n'ont révélé rien d'anormal.

 

Le problème a perduré quelque temps et il a disparu comme il est apparu.  Et voilà que ça recommence, et la visite à l'urologue s'imposait.

 

Je me suis présentée vendredi à la clinique pour rencontrer l'urologue.  Je n'ai pas attendu trop longtemps.  J'étais la troisième, alors le temps a filé rapidement.  J'ai été appelée et je suis entrée dans son bureau.  Ce n'était pas le médecin le plus souriant que j'ai connu.  J'en ai vu tellement au cours des dernières années, je confirme que l'urologue n'est pas le plus sympathique que j'ai vu. 

 

Une fois assise devant lui, j'ai répondu à ses questions.  Je l'ai mis au courant de mon cancer métastasé aux os, c'est alors qu'il a regardé mon dossier avec une attention particulière sur ce problème.  Après avoir terminé sa lecture, il me dit avoir vu que j'avais une compression de nerfs dans la colonne et que mon problème d'avoir de la difficulté à uriner y était relié tout comme certains médicaments que je prends contribuent aussi à mes difficulté d'uriner:

 

Je lui ai demandé quels étaient les médicaments que je prends peuvent qui me cause ce problème.  Je lui ai remis ma liste de médicaments que je conserve toujours avec moi. Il a trouvé 3 médicaments qui sont reliés à mon problème. 

 

Pourtant, j'étais certaine qu'il n'y avait aucune compression et je lui ai  d'ailleurs dit, mais il m'a corrigée en me disant que c'était spécifié dans mon dossier.  Ce ne fut pas très long qu'il avait mis le doigt sur le bobo.  Il m'a prescrit du Rapaflo, un médicament qui me permettrait d'uriner et de vider ma vessie entièrement.  Il m'a informée que si le traitement ne fonctionnait pas qu'il voulait me revoir dans un mois.  Il était cependant certain à 99% que tout rentrerait dans l'ordre, et je le souhaite aussi.

 

Je suis allée voir sur internet ce que c'était ce médicament et j'ai constaté qu'on l'administrait aussi aux problèmes de prostate  à ma grande surprise.  Par ailleurs, si l'urologue me le prescrit, il faut que je lui fasse confiance.  Cependant, ce sera un autre médicament à  prendre, j'en ai pourtant assez de pilules de toutes sortes, mais si je veux remédier à cela, je dois le prendre.

 

 

http://sante.canoe.ca/drug_info_details.asp?brand_name_id=6058

 

http://fr.healthierchoices.ca/medications_details.aspx?brand_name_id=6058

 

Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 20:45

Comme ça faisait longtemps que j'étais absente du blog suite à des périodes plus difficiles du côté santé, beaucoup de douleur, d'examens multiples, de rendez-vous en radio-oncologie en prévision d'un traitement palliatif possible de radiothérapie pour enrayer mes douleurs, je peux vous affirmer que ces périodes n'ont pas été faciles pour moi ainsi que pour mon conjoint qui se sentait tellement impuissant face à ce que je subissais.

 

Je suis heureuse d'être de retour plus régulièrement, de  publier à nouveau des articles, de répondre à vos commentaires, c'est vraiment la preuve que je vais beaucoup mieux en ce moment.  Je vis comme plusieurs d'entre vous l'angoisse  dans l'attente des résultats d’examens, je ne peux rien faire d'autre que d'attendre comme nous le faisons tous et toutes.  Ça fait parti de ce que nous avons à vivre lorsque nous sommes atteints d'un cancer.

 

On dit que le stress est une des grandes causes du cancer et de nombreuses maladies.  Je suis portée à le croire parce que j'ai vécu énormément de stress quelques années avant d’en être atteinte. Une fois atteint, nous vivons beaucoup d’anxiété lorsque nous avons des examens à passer, des chirurgies et des traitements à subir, et d’autres questions peuvent se poser  comme:  

 

·          Est-ce que je guérirai? 

·          Est-ce que je vivrai encore longtemps?

·          Est-ce que je serai un fardeau pour mes proches?

·          Est-ce que mon conjoint me quittera ou?

·          Sera t'il en mesure d'être présent en tout temps? 

 

Comment pouvons-nous demeurer calmes et sereins?  Les médecins nous demandent d'être calmes, de ne pas angoisser et de profiter de la vie du mieux qu'on le peut.  Mais c'est si facile à dire et tellement difficile à faire  parfois.  Il faut se mettre dans la peau des personnes atteintes pour comprendre que vivre avec le cancer est une épée de Damoclès suspendue au dessus de nos têtes et que c'est faux de prétendre que tout est facile.  La bonne volonté on veut bien, mais parfois, c'est infaisable. 

 

Pour certains un sentiment de culpabilité est présent suite à l'annonce de la maladie parce qu’ils se questionnent sur la façon de vivre avant la maladie, à savoir s’ils ce sont bien alimentés jusqu’à leur diagnostic, si l’alcool qu’ils ont pris tous les jours en entrant du travail  peut avoir eu des conséquences graves, que certaines femmes se questionnent sur les traitements hormonaux qu’elles ont pris pour atténuer les symptômes de la ménopause, qu'elles ont négligé de faire leurs  mammographies, oublié de faire leur auto-examen des seins tous les mois, si, si, si,......Ça en fait des questionnements.  

 

Comme je le disais en début d'article, je crois que toutes les formes de stress peuvent contribuer à avoir un cancer.  Trois ans avant mon diagnostic de cancer j'ai vécu énormément de stress dans mon travail.  Du harcèlement verbal, une patronne qui ne m'appréciait pas et qui trouvait toujours une façon de me critiquer.  Elle m'a fait sentir que je n'étais pas une bonne secrétaire et tous les moyens étaient bons pour me rabaisser.  Le médecin m'avait dit à l'époque que je devrais quitter ce travail  qui  me rendait malade.  Plusieurs problèmes de santé sont apparus, mais je n'avais pas les moyens de quitter mon boulot. De plus j'aimais ce boulot et si j'avais pu avoir une autre patronne, j'aurais poursuivi ce travail  jusqu'au moment de prendre ma retraite.

 

J'ai subit pendant 28 mois du harcèlement sous toutes les formes et plus les jours passaient et moins j'avais le goût de me lever pour me rendre travailler.  Je pleurais tous les jours en me levant et tous les soirs en me couchant.  J'ai du me rendre à l'évidence et j'ai posé le geste de donner ma démission de ce travail 28 mois plus tard.  Je n'ai éprouvé aucun regret par la suite, je me sentais tellement mieux et bien, j'aurais même du, après réflexion, quitter dès que j'ai commencé à étouffer dans cette atmosphère négative.  La maladie s'est emparée de mon corps et je n'ai d'autres choix que de vivre du mieux que je le peux avec maintenant.  

 

Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 06:06

Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas songé la semaine dernière à téléphoner à l'infirmière de mon médecin traitant afin qu'elle puisse m'informer au sujet des traitements à venir de radiothérapie.  C'est la personne la plus habilitée pour me renseigner.  Je lui ai téléphoné  aujourd'hui sans tarder.

 

J'ai fait ce téléphone en début d'après-midi et je lui ai demandé si je pouvais parler à mon médecin au sujet d'une demande de traitements de radiothérapie, Elle me dit qu'il a fait du bureau tout l'avant-midi et qu'en après-midi il est en réunion mais qu'elle pourra lui parler mercredi matin.  Je lui dis que c'est très important car mon médecin m'a informée le 18 février au sujet de ces traitements et que je n'ai jamais reçu de nouvelles depuis.

 

Elle regarde dans mon dossier et me dit qu'il n'y a rien concernant cette demande et me promet que mercredi elle lui fera part de cela sans faute.

 

Environ 30 minutes plus tard le téléphone sonne, c'est l'infirmière qui me dit que la demande a été envoyée hier, lundi le  11 mars.  Je suis consternée qu'il ait pris autant de temps pour envoyer la demande.  Je lui demande pourquoi avoir attendu si longtemps et elle me dit qu'elle n'est pas au courant.

 

Je ne suis pas du tout contente de ce retard et je lui en glisserai un mot dès que je le verrai.  J'espère le rencontrer demain dans l'hôpital lorsque je m'y rendrai pour recevoir mon traitement d'Arédia.

 

J'ai bien hâte de connaître sa réponse et je ne me gênerai pas pour lui dire que ce n'est pas rassurant ce retard alors que ça aurait pu être fait le 18 février lorsqu'il m'a informée lui même que je devais avoir des traitements de radiothérapie.

 

S'il ne connaît pas ma situation antérieure de négligence médicale, je lui en parlerai et je lui expliquerai qu'il n'est pas question que je revive à nouveau ce genre d'erreur qui a fait en sorte que mon cancer est incurable et que je souhaite de tout mon coeur que la radiothérapie puisse enrayer la métastase.  La demande est faite finalement, il me reste à attendre un téléphone de leur part pour me fixer un rendez-vous.

 

J'en ai marre de vivre autant d'angoisse avec le système de santé.  C'est inadmissible.  Les médecins ont énormément de travail, beaucoup de patients, trop peut-être.  Ils devraient en prendre un peu moins pour être en mesure de voir à exécuter leur travail dans un délai raisonnable, c'est mon avis et il faut que tout cela cesse.

Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 02:42
Dans l'article précédent je vous disais que je rencontrais mon médecin à 16h30 cet après-midi.  Il a été très consciencieux après que je lui ai parlé de mes douleurs qui ne cessent pas depuis le mois d'octobre et qui ont amplifiées depuis.  Il a examiné ma fesse et ma cuisse qui me font tant souffrir en faisant des pressions afin de voir s'il n'y aurait pas une tumeur palpable. 
 
Aucune masse palpable de palper à l'examen physique et pour cette raison afin de savoir ce qui cause cette douleur, il m'a prescrit une résonnance magnétique en prenant soin d'écrire urgent.  Dans les cas de cancer on peut mettre 3 mois avant que je fasse cette résonnance m'a t'il dit.
 
Nous avons discuté ensemble de ma médication actuelle.  Comme elle n'est plus très efficace, il a augmenté les doses des patchs de Fentanyl pour passer de 125 mg à 150 mg à appliquer aux 2 jours.  Il a aussi changé mes doses de Tramadol (antidouleur) pour passer à  2 comprimés plutôt qu'un seul aux 4 heures. Je devrais constater une amélioration de mes douleurs avec ces changements.
 
J'ai appliqué ce soir mes patchs de 150 mg et je constate que je serai somnolente pour les prochains jours.  Je me suis endormie plus tôt en soirée, je me sens étourdie également ce qui est tout à fait normal lorsqu'on augmente la dose des patchs.  Après un certain temps tout devrait se replacer et ne plus ressentir ces effets secondaires.
 
Je suis heureuse d'avoir vu mon médecin aujourd'hui.  Il a été très gentil de m'ajouter à ses rendez-vous malgré son horaire très chargé.  Ça fait plus d'un an maintenant qu'il est devenu mon médecin et je ne peux que me féliciter d'avoir demandé à changer de médecin. Il sait très bien comment me traiter pour mes douleurs ce que mon médecin d'avant ne faisait pas.  Elle n'était jamais disponible et très difficile à rejoindre.  Mon médecin actuel est aussi spécialisé dans le traitement de la douleur et il est aussi le médecin des soins palliatifs.  Je suis entre bonnes mains et c'est rassurant dans mon état.
 
Après avoir consulté mon dossier, l'augmentation de mes marqueurs l'a interpellé ainsi que de ne pas avoir fait de résonnance magnétique depuis plus d'un an.  Il recommande de la faire afin de vérifier s'il y a présence de tumeur dans la région du nerf sciatique.  Les marqueurs augmentent et il faut être attentif et vérifier ce qui peut causer cette augmentation.
 
Comme mon oncologue me l'a déjà expliqué dans le passé après que je lui ai demandé pourquoi je ne faisais pas de résonnance magnétique à des fréquences régulières, sa réponse a été qu'il ne juge pas utile de la faire si les marqueurs sont normaux.  Ce qui était mon cas jusqu'à tout récemment.  Puisque ce n'est plus le cas et qu'ils augmentent, il est souhaitable de la faire.  Mon médecin me disait cet après-midi qu'il est déconseillé de faire des scans à des fréquences régulières.  Le pourquoi est que le scan est différent de la résonnance magnétique.  Le scanner est un appareil à rayons X, ce que la résonnance magnétique n'est pas.
 
Il est certain que de faire une résonnance magnétique ne m'emballe pas, c'est désagréable d'être couchée dans un espace restreint et d'entendre le bruit que cela fait pendant l'examen.  C'est très désagréable mais rassurez-vous  si vous n'avez jamais fait cet examen, ce n'est  pas douloureux.  Je me croise les doigts encore une fois en espérant qu'ils ne trouvent rien d'inquiétant.
Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 07:24

Dernièrement une personne m'a contactée par email en utilisant Contacts qui se retrouve en bas des pages du blog. Elle me demandait de quelle façon utiliser le vinaigre pour le traitement des champiignons sur les ongles.   J'ai retracé l'article et j'ai copié la recette dans un article daté du 24 novembre 2012. 

 

Suite à la demande de cette lectrice, j'ai débuté à nouveau le traitement à la fin du mois de novembre et je suis très heureuse du résultat.  Je vois déjà un changement s'opérer sur mes ongles en moins de 2 mois et  je me demande vraiment pourquoi j'avais cessé le traitement.   

 

Je vaporise le vinaigre directement sur mes ongles après mon bain.  Je ne dilue pas le vinaigre, je l'utilise pur.  Cette lectrice reviendra pour commenter son expérience et le résultat qu'elle obtiendra. 

 

Le traitement n'est pas coûteux et il est très efficace, ça vaut vraiment la peine de l'essayer et cette fois-ci je ne cesserai pas mon traitement avant que les champignons soient complètement disparus.

 

Bonne chance à cette lectrice et à toutes celles qui désirent l'essayer.

 

 

 

 

http://bfrance.over-blog.com/article-traiter-les-champignons-mycose-des-ongles-au-vinaigre-83029361.html

Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 20:46

 

 

Avez-vous déjà songé à faire une cure thermale pour la détente et évacuer le stress et /ou pour vous aider à soulager une douleur chronique?

 

  

 

Personnellement, je n'ai jamais expérimenté les cures thermales, j'aimerais bien cependant.  J'ai essayé plusieurs médecines douces et j'ai obtenu du succès à ce moment.  Depuis que l'on m'a diagnostiquée un cancer du sein métastasé sur mes os, j'avoue que l'homéopathie et l'acupuncture ne m'ont été d'aucune aide ou amélioration.  Ici au Québec il existe des endroits pour faire des cures thermales, cependant ce n'est pas remboursé par l'assurance-maladie malheureusement.  Tout est à nos frais, peut-être que les assurances invalidité que certains prennent rembourseraient, mais avant tout il faut s'informer avant de faire une cure si on ne désire pas payer la totalité et être remboursé par les assurances.

 

Ce serait bien que l'assurance-maladie prenne en charge ces cas de malades chroniques pour des cures thermales surtout si c'est efficace pour le patient, parce que croyons-le ou pas, ces cures pourraient éliminer beaucoup de congé maladie causé par les douleurs chroniques.  Combien de personnes s'absentent du travail pour des douleurs au dos chaque année (douleurs les plus réplus répandues) et pour d'autres douleurs chroniques?  Beaucoup trop encore malheureusement.

 

Certains médecins qui n'ont aucune confiance aux cures thermales, préfèrent prescrire des médicaments.  Saviez-vous qu'il y a des médicaments d'exception que l'assurance-maladie ne rembourse pas?  Ils préfèrent que  les médecins prescrivent les antidouleurs, les anti-inflammatoires.  Par expérience je  peux vous dire que j'en prends de ces médicaments et ils ne font pas fureur pour mes douleurs.   On peut demander à notre médecin de compléter un formulaire pour une demande de médicaments d'exception, je l'ai fait et on rembourse mon antidouleur qui en passant est très dispendieux.  Ils n'acceptent pas toutes les demandes cependant.  La raison pourquoi ils n'acceptent pas c'est qu'il y a sur le marché des médicaments tout  aussi bons et certains  peuvent créer davantage de dépendance.  Je prends toujours un médicament qu'il ne me rembourse pas parce qu'il m'aide vraiment et dans mon cas il n'a pas nécessité de sevrage lorsque je l'ai cessé pour un moment.

 

Pourquoi ne pas rembourser ces cures thermales qui sont très bénéfiques pour plusieurs, que les résultats sont spectaculaires et qui démontrent que ça leur aide vraiment. Quelle preuve l'assurance-maladie veut t'elle?  Si lorsque le médecin complète le formulaire pour une demande de médicament d'exception et qu'il n'inscrit aucun médicament où on le demande dans ce formulaire, à mon avis c'est une très bonne preuve.   N'oublions pas qu'une douleur qui perdure devient par la suite une douleur chronique et aucun patient ne veut ça.



Il faut en parler à votre médecin, à d'autres personnes qui vivent aussi ce problème, plus vous êtes nombreux et meilleure seront les chances de voir aboutir vos efforts.  Ce serait vraiment bien que les cures thermales soient remboursées par l'assurance-maladie dans  un avenir rapproché, il y aurait beaucoup moins de personnes qui souffrent  et qui s'absentent de leur travail à mon avis.

 



Les cures thermales peuvent-t-elles guérir les maladies chroniques ?

Personnellement j'y crois que ça guérisse ces personnes ou du moins empêcher que ces personnes ne souffrent plus autant.

 

Patients et médecins sont assez unanimes sur l’efficacité de ces traitements, même si l’assurance-maladie est plus sceptique…

 

En 2011, 520 000 personnes ont fait une cure thermale. Le thermalisme représente 0,14% des dépenses de l’assurance-maladie. La Haute Autorité de Santé a officiellement reconnu les effets antalgiques du thermalisme dans le traitement de la lombalgie chronique et de la polyarthrite rhumatoïde, mais l’Assurance Maladie veut des preuves.

 

Que les patients souffrent d’une insuffisance veineuse, de tendinite de l’épaule ou encore d’anxiété, plusieurs études ont conclu que les troubles et les douleurs diminuaient considérablement.
 
En ce qui concerne l’arthrose du genou, l’étude Thermarthrose révèle une amélioration durable des symptômes chez 55% des patients. Neuf mois après la cure, ils souffrent moins et se déplacent plus facilement.
 
Pour les problèmes de surpoids et d’obésité, ce type de cures a aussi du sens.
L’étude « Maâthermes », qui a concerné 237 patients met en relief une perte de 5% du poids chez 57% des curistes. C’est aussi l’occasion de les sensibiliser aux bienfaits d’une activité physique et d’une alimentation équilibrée.
 
C’est moins connu, mais les cures peuvent s’avérer efficaces également pour les troubles de la mémoire. La médecine thermale a un rôle important à jouer dans la détection et le retardement de l’entrée en dépendance.

 

 

  

   

 

 

 

 http://www.viva.presse.fr/Efficacite-des-cures-thermales-la_17691.html

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 19:01

Dans moins de 2 jours nous souhaiterons la Bonne Année en donnant des poignées de main, en donnant  des accolades ou en embrassant les nôtres.  Tout cela on le sait, est propice à la propagation des virus, tel la grippe, la gastro-entérite et d'autres vilains virus dont le nom m'échappe. 

 

Nous avons en ce moment à notre hôpital et dans plusieurs hôpitaux des Laurentides une épidémie de gastro-entérite qui a été précédée de l'éclosion de l'Entérocoques Résistantes à la Vancomycine et les visites ne sont pas permises à moins d'une raison humanitaire, tel un patient hospitalisé aux soins intensifs, en soins palliatifs ou dans un autre département de l'hôpital dont la vie du patient est en danger et que l'on permette à ses proches de le visiter.

 

On nous demande de se laver les mains à chaque entrée et sortie de l'établissement, mais malheureusement ce ne sont pas toutes les personnes qui le font.  Depuis que cette politique de lavage des mains est en vigueur avec les distributeurs à notre disposition dans les hôpitaux,  je m'arrête pour procéder à ce lavage des mains à l'entrée et à la sortie.  Comme je suis appelée à me rendre tous les mois à l'hôpital pour mes prises de sang et mon traitement d'Arédia, je n'ai pas le choix de le faire.

 

Lorsque je reviens soit de l'hôpital ou de tout autre endroit, (supermarché, magasinage), je procède au lavage de mes mains une fois revenue à la maison avec une eau tiède et savonneuse.  On ne doit pas éprouver un malaise en évitant de donner la main ou d'embrasser une personne lorsque celle-ci est enrhumée ou que l'on soit nous-mêmes enrhumé ou grippé.  C'est un geste de respect en ne le faisant pas.  Nous les aimons et on ne veut pas leur transmettre nos virus.  

  

Lavage des mains : ABC de la préventionDepuis que le lavage des mains est devenu obligatoire dans les hôpitaux et dans d'autres endroits ou le savon antibactérien est à l'entrée des commerces, je m'en sers et je n'ai pas eu de rhume et ni de grippe.  Depuis le début de mon cancer, janvier 2009, je n'ai pas pas contracté de rhume et de grippe.   Je suis doublement vigilante depuis que j'ai le cancer et je fais tout pour éviter les virus.  Il ne faut pas oublier que notre système immunitaire est passablement diminué, pourquoi ne pas mettre toutes les chances de notre côté pour éviter d'être malade. 

 

Le lavage des mains : 7 petites étapes

Voici les étapes à suivre pour un lavage efficace :

  1. débuter en retirant les bagues;
  2. mouiller les mains avec de l’eau tiède;
  3. déposer de 3 à 5 ml de savon dans la paume;
  4. faire mousser le savon dans le creux des mains;
  5. frotter les doigts (sur, entre et sous eux en n’oubliant pas le pouce);
  6. enlever la saleté sous les ongles;
  7. frotter la face externe des mains;
  8. rincer les mains et les sécher avec un essuie-tout, une serviette propre ou un séchoir à main.

 

  

  

Auparavant,  on nous disait de mettre notre main devant notre bouche lorsque l'on toussait ou que l'on éternuait.  En y pensant bien ce n'était pas la bonne façon, parce qu'en le faisant, tous les microbes se retrouvaient dans notre main.  La méthode de tousser dans notre coude est devenue rapidement populaire et la majorité des personnes le font.Tousser : Un homme de bande dessinée éternue. Banque d'images Tousser : Femme ayant la grippe et les éternuements sur son manche dans la crook de son bras. Isolé sur fond blanc.

  

  

  

  

  

  

 

 

 

 

 

Tousser : Doctor thinks Banque d'imagesAfin d'éviter de rendre visite au médecin, d'attendre à l'urgence pendant plusieurs heures, d'être malade plusieurs jours,  de transmettre cela à nos proches qui partagent notre vie chaque jour, pourquoi ne pas mettre en pratique ces gestes si simples dans notre quotidien et faire tout ce qui est possible pour  éviter d'attraper ces vilains virus.

 

 

Il en est de même pour la gastro-entérite que personne n'aime avoir, le lavage des mains est très important afin d'éviter de l'attraper. 

 

 

Le temps des fêtes venu,nous côtoyons plusieurs personnes et nous ne voulons pas contracter ces microbes qui sont très populaires pendant cette période.  En redoublant de vigilance, nous profiterons de cette période de réjouissances qui en est une de festivité sans ces vilains virus qui n'attendent qu'une distraction de notre part pour se propager.  

 

 

Je vous souhaite une  gif blingee bonne Année

Repost 0
Published by bfrance - dans Santé
commenter cet article

Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives