Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 18:55

Avec la température douce qu'il faisait hier (samedi) je me suis habillée chaudement et chaussée convenablement pour aller marcher avec mon chien  (Maggy) qui était tout aussi heureuse que moi de sortir pour une marche.  Pour moi comme pour elle, cette marche était la bienvenue car il y avait longtemps que nous l'avions fait.

 

J'ai rencontré une voisine qui revenait de sa marche et nous avons discuté un moment et nous avons parlé d'un sujet que nous aimons particulièrement:   Les voyages.

 

Ça n'a pas été une très longue marche car il faut respecter dans mon cas ma douleur et dans le cas de Maggy son âge, elle est très âgée, 14 ans.  Elle adore marcher et elle nous indique lorsqu'elle en a assez en sachant très bien où elle habite.  Lorsque j'étais en meilleure forme je la rentrais dans la maison et je poursuivais ma marche seule ou avec mon mari.

 

Comme je ne peux plus pratiquer les activités que je faisais auparavant, la marche m'a toujours fait un grand bien, et particulièrement en hiver.  J'adore le petit vent qui rougi mes joues et me donne de belles couleurs.  Marcher à mon rythme me procure un sentiment de bien-être, je me sens tellement bien par la suite.  J'aurais aimé marcher plus longtemps hier mais je n'ai pas pu parce que la douleur aux hanches a amplifié et j'ai dû me résigner à entrer.  Que la marche soit courte ou longue, ce qui est important est de le faire à notre rythme, ce n'est pas un marathon mais bien une marche de santé même si je marche lentement.  Je respecte mon corps et les signaux qu'il m'envoie.

 

Les prochains jours seront beaucoup plus froids malheureusement et j'irai seule parce que Maggy est très frileuse et comme elle est petite, auparavant je pouvais me permettre de la prendre dans mes bras lorsqu'elle levait la patte pour m'indiquer qu'elle ne pouvait plus marcher, afin de la réchauffer pour qu'elle poursuive par la suite.   Malgré qu'elle soit petite, 6 kilos, ce poids est fatiguant pour mon bras qui est très engourdi depuis plusieurs semaines et j'évite tout ce qui peut amplifier la douleur et les engourdissements.

 

Plusieurs choses ont changées dans ma vie depuis ce cancer, mon corps ne supporte plus autant d'effort et parfois c'est difficile d'accepter cette diminution de capacité physique.  Il faut se dire pour se  consoler que d'autres ont encore de plus gros problèmes et ça aide à poursuivre.

 

Tant que mon corps me permettra de marcher, de nager dans ma piscine, de m'occuper de mes plantes et de me sentir bien en les pratiquants, je ne demande rien de plus.  Ces moments où je me sens moins bien sont déprimants bien sûr, il faut toujours continuer à espérer que demain sera une meilleure journée.  Il ne faut surtout pas abandonner, même si cet exercice est minime, je le fais parce que j'aime cette activité.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 20:24

L’activité physique, c’est bon pour tout, et notamment pour prévenir les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’ostéoporose, la maladie d’Alzheimer, les cancers, etc. Si plus on en fait, mieux c’est, la bonne nouvelle est qu’un peu c’est déjà ça. Encore faut-il intégrer l’activité physique dans son quotidien, afin qu’elle soit très régulière et non une mode du moment. Il semblerait que dans ce domaine, les propriétaires de chien sont privilégiés.

 

Il est vrai que depuis que j'ai mon chien je suis plus portée à aller marcher, autant pour moi que pour elle qui a aussi besoin d'exercice. Elle ne pèse que 6 kilos et ne me fait pas marcher aussi rapidement qu'un labrador le ferait, mais c'est tout de même acceptable, nous marchons.

Un chien, ça vous bouge

 

 

Selon cette étude, les personnes qui possèdent un chien sont plus actives et atteignent plus facilement la recommandation minimale qui est de 30 minutes quotidiennes d’activité modérée.

 

Preuve à l’appui, quelque 1.000 personnes possédant un chien (de grande taille, et de 23 kilos en moyenne dans cette étude) ont été pistées. Résultat, 64% de ces amis des chiens arrivent au quota d’au moins 30 minutes d’exercice par jour, à raison de 5 fois par semaine, contre seulement 55% des personnes qui ne promenaient pas leur chien, pourcentage proche de celui de la population générale (en dessous de 50%). 

 

En pratique, avoir un chien oblige son maître à sortir. Parfois par obligation du maître envers son chien, mais aussi certainement pour sa bonne compagnie en promenade. Peu importe, c’est efficace, les propriétaires de chien font plus d’activité physique et c’est excellent pour leur santé.

 

Ceci dit, les animaux domestiques apportent beaucoup plus : une amitié inconditionnelle, une présence et une compagnie bienveillante, ce qui est suffisant pour générer en vous une bonne dose d’émotions positives, là encore favorables à la santé !

 

Alors si pouvez le faire, adoptez un chien, les bénéfices sont très nombreux.

 

Tout à fait en accord avec ce texte, un chien est un animal de compagnie très agréable, et si facile à aimer. Ma petite Maggy a déjà 13 ans et elle est un peu moins active, mais elle adore encore prendre sa marche quotidienne.  Son pas plus lent me convient bien, j'évite de marcher trop rapidement pour éprouver de la douleur et nous revenons toutes les deux satisfaites de notre marche.

 

 I

Repost 0
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 03:43

Selon le docteur Jean-Pierre Després de l’Université Laval, spécialiste de renommée internationale de l’obésité abdominale, il n’y a pas de doute, la génétique détermine l’endroit où le gras se dépose. « Si les femmes de votre famille ont tendance à faire du ventre ou à épaissir à la taille, ça vous arrivera sans doute aussi », dit-il. Or, la petite bedaine n’est pas seulement inesthétique, elle expose à un risque, car dans ces familles, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires et le diabète sont plus fréquents. Pour être dans la norme, le tour de taille ne doit pas dépasser pas 80 cm (32 po) chez la femme. Au-delà de 88 cm (35 po), les risques pour la santé augmentent.

 

 

 

Par contre, prendre du poids sur les hanches et aux fesses ne nuit pas à la santé – cela protège même du diabète et des maladies cardiovasculaires.

 

J'écoutais une émission à la station FM en pm et on parlait des rondeurs en bas de la ceinture.  Saviez-vous que les rondeurs logées dans les fesses, les hanches sont bénéfiques pour les femmes.  Cette graisse protège les femmes des maladies cardiovasculaires entre autre, du cholestérol, du diabète, etc....

Abdominaux inversés

Par contre, la graisse logée au dessus de la ceinture est dommageable pour le coeur et il est préférable de se prendre en main afin d'éviter des problèmes de santé graves.

 

J'ai pris énormément de poids au dessus de la ceinture.  Un ventre assez prohéminent qui fait de moi une femme complexée parce que j'ai de la difficulté à trouver des vêtements qui me vont bien. De plus toute cette graisse est extrêmement nocive pour ma santé. J'accepte mes fesses plus rondes, mes pantalons me vont bien de ce côté, mais il faut absolument remédier au gros ventre pour me sentir confortable.

 

Est-ce qu'on doit prioriser un gros postérieur pour être protégée?   OH OH OH, même si la recherche démontre que tout ça peut-être bénéfique pour la santé, est-ce bon pour notre moral, nous qui parlons depuis quelques jours de la prise de poids qui nous découragent et nous fait sentir moins jolies.Elévation latérale des jambes Je faisais ces exercices avant mes métastases osseuses et j'avais les cuisses et les hanches beaucoup plus fermes.  Je prendrai mes antidouleurs afin de pouvoir en faire un peu chaque jour pour retrouver ma fermeté d'autrefois.

 

Agaçant, ce petit bedon qui s’accroche malgré tous les efforts déployés pour s’en défaire ? Voici comment s’en débarrasser.

 

 

D’accord, mais puisqu’il se révèle nocif pour la santé, comment perdre ce foutu ventre ? En bougeant, tout simplement. « Ce gras est le premier à disparaître lorsqu’on fait de l’exercice. Nous venons de le démontrer dans une étude réalisée à l’Université Laval », précise le spécialiste. Enfin, une solution ! Mais quel genre d’exercice ? Des demi-redressements assis ? « Non, pas du tout, répond-il, il faut brûler des calories ! Et la seule façon d’y parvenir, c’est en sollicitant de grands groupes musculaires pendant un certain temps, ce qui accélère le rythme cardiaque. » On recommande donc la marche rapide, la course à pied, le vélo ou la natation, des activités assez intenses pour essouffler mais pas au point d’empêcher de soutenir une conversation. Il faut les pratiquer au moins trois fois par semaine, sinon tous les jours – des chercheurs de l’Université Harvard suggèrent même aux femmes une heure par jour.

 

Les études le confirment, certains aliments sont à éviter. On cite notamment le gras d’origine animale (viande rouge, fromage) et l’alcool. Depuis peu, les chercheurs montrent du doigt un autre coupable : le sucre. « Les boissons sucrées, y compris les jus de fruits, favorisent en effet l’obésité abdominale », indique le docteur Després.

 

Et le pain ? « Le pain, les pâtes et les patates ne font pas grossir. Mais ils favorisent les ballonnements », explique la nutritionniste Louise Lambert-Lagacé. Elle précise qu’il ne faut pas confondre le gras abdominal et les ballonnements, qui surviennent surtout l’après-midi. De plus, l’alimentation ne serait pas seule en cause dans le dépôt de gras abdominal : le tabagisme y contribuerait également. On ne sait pas exactement pourquoi, mais selon des données, même quand ils sont minces, les fumeurs ont plus de gras à l’abdomen que les non-fumeurs.

 

« Enfin, ajoute le docteur Després, dites à vos lectrices de surveiller leur stress. Il s’agit d’un autre facteur qui favorise le stockage du gras au niveau du ventre. » Raison de plus pour bouger : l’activité physique brûle les graisses... et réduit le stress.

 

Suite à ces précieux conseils, nous sommes en mesure de réduire ce petit bedon que nous détestons tant. 

 

De la persévérance, et nous y arriverons.

 

 

 

Bonne activités à toutes !

Repost 0

Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives