Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 02:26

Vous rappelez-vous lorsque vous avez appris votre cancer, quelle a été la réaction de vos proches, en débutant par:   Vos conjoints, vos enfants, vos soeurs, vos frères, vos parents et vos amis, votre belle famille, vos beaux-frères et vos belles-soeurs?

 

Mon mari a très mal réagit et il me disait:   Je ne veux pas que tu meurs.  Ma fille a pleuré et ne m'a jamais dit cela et ne m'a jamais prise dans ses bras. Deux ans et demi plus tard, elle ne m'a pas encore prise dans ses bras et ne m'a jamais dit en réel:   Je t'aime maman et restes-en vie.  Elle ne comprend pas le chagrin que cela me fait, elle est plutôt du genre à me dire:   Arrêtes de me dire que je ne suis pas proche de toi. 

 

Elle nous visite de 2 à 3 fois par année et pourtant elle ne vit pas au bout du monde pour venir nous visiter si peu souvent.  Elle ne se rend pas compte de tout ce qui se passe car elle ne vit pas ici.   Elle ne sait pas tout ce que j'endure depuis le début de cette épreuve.  Elle fait l'autruche et ne réalise pas, ou ne veut pas le réaliser.

 

Ma relation avec ma fille depuis qu'elle a atteint l'âge de 16 ans jusqu'à aujourd'hui, elle a 31 ans, n'a pas changée. Nous étions très proches de sa naissance jusqu'à ses 16 ans.  Elle est devenue amoureuse et elle a commencé à s'éloigner. 

 

Elle m'a dit il y a 2 ans que je n'étais pas la mère qu'elle aurait voulu avoir et de ne pas espérer qu'elle devienne plus proche de moi maintenant.  Lorsque vous vous faites dire cela en voyage à Cuba dans un contexte enchanteur, parce que c'est ma fille qui m'a offert ce voyage afin que nous puissions nous rapprocher, et  ça a été  tout le contraire, aucun rapprochement ne s’est produit et ce voyage a failli nous éloigner pour toujours. Nous entretenons des liens par email et par le téléphone et ses rares visites.  C'est bien triste tout cela et je le déplore et ça me fait toujours mal parce que j'aimerais tant la serrer sur mon coeur, et même me donner un bisou, est trop lui demander.

 

Pour le reste, vous savez ce qui s'est passé avec la belle famille, tandis que ma mère et ma soeur, ont été présentes mais pas dans la vie quotidienne.  Ma soeur est venue me voir quelque fois et ma mère jamais, c'est toujours moi qui lui rends une visite.

 

Mon opinion avec du recul est que je suis déçue de mes proches à l'exception de ma famille du côté de la famille maternelle.  Des relations ont refait surface et je vois que ce sont des personnes sincères et j'en suis très heureuse et qui sont vraiment peinées de ce qui m'arrive et qui me téléphone pour prendre des nouvelles. Et lorsque je vais dans la ville ou ma mère et ma soeur vivent, je me fais toujours un plaisir de les visiter.

 

Si je n'avais pas mon mari dans ma vie, je me sentirais bien seule, encore plus que je ne le suis déjà.

 

 

Heureusement, j'ai la chance d'avoir connu des femmes formidables  ici et elles sont devenues mes amies.

 

Si vous avez la chance d'avoir une famille aimante et des amies sincères qui s'en font pour vous et qui vous soutiennent, vous êtes des personnes comblées et prenez tout cet amour qu'on vous offre.

 

 

Pour les personnes qui passez ici pour la première fois, pour mieux comprendre le texte publié, rendez-vous à la atégorie:  Amitié et cancer.

 

 

 

 image0033334[1]La rose rouge symbole de beauté, passion, respect et courage

 

 

roses jaunesLa rose jaune, symbole de l'amitié, joie et liberté

 

 

http://www.roses-antibes.com/signification-couleurs-de-roses.htm

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bfrance - dans Amitié et cancer
commenter cet article

commentaires

Manon 24/08/2011 22:29



Je crois te l'avoir déjà dite, moi mes garçons avaient 18 et 15 ans. Je leur aie dit que j'allais être opérée et que je perdrais mes cheveux et que tout serait fini après. David mon plus vieux
commençait son université et à Sherbrooke et je ne voulais pas l'inquièter outre mesure car il ne serait jamais parti. Mes parents n'ont pas réalisé car je riais et continuais à faire des
blagues. Mon frère m'a vue avec ma perruque et n'a rien dit. C'est ma belle-soeur qui m'a prise dans ses bras et m'encourageait. Après un mois plus de nouvelle de mon frère et mes parents
séparés, me téléphonaient quelque fois. Le mieux fut ma grande amie de toujours, qui venait et m'encourageait plus que tout le monde. Je ne me suis jamais plainte à personne. Quand ça n'allait
pas je téléphonnais à mon amie et je remontais la côte. Je suis très indépendante. Aujourd'hui avec ton blog France, ça permet d'évacuer ce que je ne dit à personne. Je suis très fière
de toi et je t'encourage à ne pas nous laisser tomber. Si tu savais comment quelques fois tu me fais réfléchir à ma vie, ma santé et le futur à venir. Tu m'ouvres les yeux sur plusieurs choses à
accepter et à continuer à me battre. Merci douce France Bisous.



bfrance 24/08/2011 23:01



Oui sur  cet article, peut-être as tu commenté à peu près la même chose sur un autre article. Celui-ci date du 20 août.  Merci de ces belles paroles qui m'encouragent à
persister à écrire sur le blog. Il est malheureusement difficile de constater l'attitude de nos familles et pourtant ça se passer dans trop de famille, heureusement que les amis sont
présents.  Oui certain que tu vas continuer à te battre, n'abandonne pas, je ne veux pas te perdre.  Je t'aime Sylvie et continues tjrs de garder espoir, tu es la preuve que nous
pouvons aussi réussir. 



caro 20/08/2011 15:57



Oui je m'en rappelle et ce sont de douloureux souvenirs puisque je l'ai appris dans le temps de Noel, je recevais mes enfants et nous faisions en même temps ma fille et moi une surprise pour mon
fils et sa conjointe attendant leur premier bébé comme je ne voulais pas casser la soirée je me suis tu, seul ma fille, mon mari savait, quelles difficiles réactions moi j,arrétais pas de pleurer
je pensais que je ne verrais pas mon petit fils, mon mari pleurait, nous étions en plein désarroi et ma fille que dire de ma fille je viens juste de savoir qu'elle a quitté son travail dans le
temps pour moi et moi qui pensait quelle ne se plaisait plus. Je dois vous dire que j'ai été bien entouré après le choc passé et peut etre meme avant mais jétais plus ou moins consciente, sous le
choc jai continué à travaaillé mais j'étais pas la, je pleurais tout le temps le soir.


Je suis heureuse davoir connu ce blog davoir connu France et maintenant Brigitte, et de vous avoir toutes rencontrées et partagées avec vous, cela fait tant de bien ! Je n'ai pas de famille a
part mes enfants, j'ai une belle famille mais eux je pense avait de la difficulté a dealer avec ca mais ils nous ont appuyé à leur facon, mon beau frere vient de créer un magnifique vitrail avec
l'effigie du cancer du sein et nous l'a offert avec un mot qui nous a fait pleurer mon mari et moi, je vais envoyer la photo à France pour vous le partager.


Merci d'être mes amies, merci à France, merci à vous toutes, bisous xoxoxoxo



bfrance 20/08/2011 16:56



Tu as bien été entourée et ça pèse dans la balance pour remonter la pente. Tu as la chance d'avoir des enfants qui ont pris soin de toi et un mari attentionné.  Chacun vit cela
différemment et  pour certains c'est plus facile et pour d'autres plus difficile.  Peut-être que si ma fille avait vécue ici, elle aurait eu plus la possibilité de venir aider son père
qui a été l'infirmier à  plein temps.  À toi aussi je te remercies d'être devenue mon amie et à toutes les autres, nous  avons un beau groupe et c'est vraiment plaisant de vous
côtoyer tous les jours  ou presque.  Bisoussssssss à toutes!



Jacqueline 20/08/2011 06:03



Je sais que tu te demande ce que je suis devenue mais je vais très peu sur mes courriels dernièrement. Trop occupée; rédaction de journal L'aMI RAdieux, remise de l'Ordre du Québec à Eéric
St-Pierre, peinture du logement en entier (12 pièeces; en fait ce sont mes gars qui ont peinturé, je me contentais d'acheter la peinture et de la diriger) et j'en passe. Tout cela avec des
périodes d'activité de cinq minutes à la fois suivies de repos de 10 minutes à cause de la facheuse douleur. Mais on s'habitue à ce rythme. L'infiltration que j'ai eu à la hanche n'a pas eu
l'effet bénéfice escomptée alors j'apprécie d'autant plus mon n ouveau chien Mira.


Pour ce qui est de la réaction de mes proches. Parents et amis pleuraient tellement que j'ai arrêté de les aviser. Je devais continuellement les consoler. Je n'avais pas fini de l'annoncer à mopn
frère qu'il avait déjà pris l'avion pour venir me voir (il demeure en Hollande). J'ai peu arrêter ma soeur à temps avant qu'elle ne vienne (elle demeure à Vancouver) la convaincant d'attendre que
je sois sortie de l'hôpital. Ce la même chose avec mon fils qui a laissé son travail pour courrir à l'hôpital. Tous paniquaient alors que moi j'étais zen bénissant le ciel de ne pas avoir la
sclérose en plaque!!!!


Puis ce fut le déluge d'appuis. MOn amie Doria s'est offerte pour m'accompagner à tous les rendez-vous ce chimio; mon autre amie Denise aux rendez-vous de radio-thérapie. Une famille qui garde un
de mes jeunes de temps en temps m'a fait des repas tout prêts de même que ma brue qui venait aux trois jours à la maison pour faire le ménage et me préparer de la bouffe pour les enfants. Mon
petit fils s'est même offert une nuit que j'étais sortie de l'hôpital pour la fin de semaine de me "garder". Ce que j'ai accepté avec plaisir. Ses parents quittaient vers 22 heures revenaient le
lendemain vers 9hres. Alors c'était vraiment drôle de le voir m'apporter des verres d'eau (j'étais alors dans des douleurs qui m'empêchaient de marcher et de m'asseoir) et de vouloir m'aider pour
préparer les injections d'héparine que je devais prendre aux 6 heures. Et puis ma vieille tante de 92 ans m'appelaient presque tous les jours pour me dire qu'elle priait pour moi et m'informer de
la liste des gens qui m'ajoutaient à leurs prières.


Tout cela a fait que j'ai dû acdepter d'être aidé alors que j'avais toujours été celle qui donnait. Mais une fois les rôles inversés acceptés cela devient plus facile à vivre.


Voilà donc où j'en suis aujourd'hui. Les rendez-vous médicaux se suivent. J'attends de nouveaux appareils pour m'aider au quotidien (coussins, accessoires quotidiens, etc...). Je devrais
reprendre les exercices en eau chaude à l'automne et je vais aussi probablement me re-inscrire à l'école d'acupuncture pour des traitements. Pour l'instant la priorité est de faire couper mes
cheveux. Ils ont maintenant la longeur nécessaire de 10 pouces pour que je les envoir pour faire des perruques pour les enfants. Finalement cela aura pris 2 ans et demi depuis la chimio qui avait
tout réclamer de ma tignasse. Avec les chaleurs qui sévissent cet été j'ai bien failli ne pas persévérer. Mais enfin j'y auis aux 10 pouces alors dès que l'École de coiffure reprend ses classes
(la semaine prochaine) je serais parmi les premières arrivées.


Bonne chance dans toutes tes démarches. Je suis bien contente que tu en soir rendue aux soins palliatifs. Tu vas y voir toute la différence. Depuis le temps que je te radotais que ce serait bien
pour toi je pense que tu apprécie déjà l'écoute qu'on t'y donne.


Jacqueline.


 



bfrance 20/08/2011 06:35



Et comment que je me demandais où tu étais  passée et si tu allais bien. Oulala, 12 pièces et dans les chaleurs de juillet, pas évident, surtout que l'humidité qui était présente
n'aide pas à la peinture de sécher. Que je te comprends sur les douleurs, il en est ainsi pour moi, 5 minutes debout et 10 à me reposer assise avec  de la chaleur. Je recevrai un bloc
facettaire, je pense que c'est plus poussé que les infiltrations. J'en ai déjà reçue et tout dépendait  à quel endroit, certaines ont été bénéfiques et d'autres pas du tout. Tu  devais
préparer tes injections d'héparine, explique-moi, car je ne comprends pas pourquoi tu devais t'en donner toi-même. La seule injection d'héparine que je reçois dans mon POC est une fois par mois
et ce n'est pas moi qui me la donne. Si je me fie à tes commentaires pour ton chien, il semble te satisfaire. Tu nous montreras des photos. Tu vois la chance que tu as d'être si bien entourée,
c'est vraiment une équipe presque multidisciplinaire qui t'entoure. J'ai beaucoup de tante qui prient pour moi,
ainsi que ma mère. Mon mari est la seule personne qui voit à tout, et il va se crever à la tâche. Mais aucune famille proche alors nous assumons seuls.  Mes cheveux je les ai fait allonger,
ils sont rendus aux omoplates et je le fais parce que j'avais le goût de  les voir longs, de un ça me va bien, mon mari aime bien ça et aussi  que je me serai souvenue de quoi j'ai
l'air parce qu'il n'est pas impossible que plus tard je reçoive de la chimio. Un très beau geste que tu feras avec tes cheveux, les enfants apprécieront. Pour les palliatifs, pour l'instant je
n'ai vu le médecin qu'une fois, ce sera ma 2e visite lundi qui vient. Je verrai bien ce qu'on m'offre. Je n'ai rencontré personnes d'autres aux palliatifs et si j'avais attendu que l'infirmière
pivot fasse en sorte de m'aider à y entrer je serais encore en attente... j'ai fait toutes les démarches, jte dis que j'en ai fait des téléphones et de vive voix avec les infirmières en oncologie
et rien ne bougeait pour les palliatifs. Nous sommes bien servies par nous-même et c'est ce que j'avais décidé.  À quelle force sont tes patch de fentanyl maintenant?  J'aimerais bien
demeurer à Montréal pour recevoir tout ce qui t'es offerts sans pour cela débourser les frais réels pour l'acupuncture, massage, baignade en  piscine chaude, etc....et tu dois y rencontrer
plein de  personne. De plus tu es tellement occupée, comment fais-tu pour faire tout ça, tu dois être épuisée. Et de garder avec toi tes jeunes, en passant un beau geste que tu fais et ils
doivent l'apprécier. Tu es une femme formidable.  Bisous



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives