Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 00:06

J'ai eu une semaine chargée en rendez-vous. Tout d'abord lundi le 16 décembre, je rencontrais l'oncologue, mardi le 17 décembre, mon rendez-vous était plus agréable que ceux de l'hôpital, j'étais chez la coiffeuse, l'ambiance est toujours plus agréable que dans le bureau des médecins. Mercredi le 18 décembre, je recevais mon traitement d'Arédia.  Je me suis présentée au département d'oncologie à 11 heures pour que l'infirmière puisse installer mon biberon.  Habituellement, je retourne au département d'oncologie lorsque le biberon est vide.  La durée approximative du traitement est de 2h30 environ. C'est agréable d'être en mesure de retourner à la maison avec le traitement via biberon, je peux ainsi vaquer à des occupations qui ne sont pas trop difficiles physiquement.

  

J'ai donc profité de ce 2h30 pour faire une lessive.  Je me suis penchée pour prendre les vêtements du panier et en faire le tri, et c'est en me relevant  que j'ai accroché le tube du biberon qui est relié au Porth-O-Cath sur le rebord du panier.  À ce moment même, j'ai senti que l'aiguille n'était plus enfoncée comme il se doit dans le Porth-O-Cath.  J'ai tenté de pousser l'aiguille plutôt que de clipser le tube pour empêcher que l'Arédia coule à l'extérieur sans succès. J'ai téléphoné au département d'oncologie pour informer l'infirmière du petit incident, mais la boîte vocale m'informait qu'elle était au téléphone et que je devais rappeler plus tard.  J'ai tenté à nouveau  de la rejoindre, toujours sans succès.  À la troisième tentative toujours sans succès, je lui ai laissée un message de me rappeler.  Au même moment je me suis aperçue que mon soutien-gorge était mouillé par l'Arédia. 

Mon mari n'était pas dans la maison mais pas très loin à l'extérieur heureusement.  J'ai pu lui parler en ouvrant la porte patio, et lui dire que je devais retourner à l'hôpital le plus vite possible.  Lorsque je lui ai dit ce qui venait de m'arriver, il m'a demandé pourquoi je n'avais pas clipsé le tube et je lui ai répondu que je n'étais pas certaine de savoir comment le faire.  Il est revenu dans la maison sans tarder, il a clipsé le tube pour que l'Arédia ne s'écoule plus et nous avons pris le chemin  pour l'hôpital.  Une fois arrivée, au département, l'infirmière  s'est occupée de moi. Elle a retiré le biberon, elle allait le mettre aux ordures lorsque je lui ai suggérée de ne pas le retirer, que je tenais à recevoir ce qui restait de traitement.  Elle était d'accord, mais avant tout elle n'avait pas le choix d'irriguer et de l'installer à  nouveau,  J'ai donc reçu ce qu'il restait du traitement confortablement installée en oncologie.

 

Lorsque je suis arrivée au département d'oncologie, elle m'a demandée à nouveau ce qui m'arrivait et je  lui ai répondu en riant que je voulais faire une lessive........et qu'il aurait été préférable que je ne fasse rien et que je me repose.  Nous avons bien rigolé tout de même et elle ajoute, dorénavant tu vas rester ici pendant ton traitement.  Auparavant, avant que nous puissions recevoir nos traitements sans le biberon, nous étions confinées à demeurer sur le département pendant la durée du traitement.  Je lui ai dit que lorsqu'on reçoit notre traitement en oncologie, nous sommes bien installées sur les fauteuils inclinables et on ne fait rien, on se repose pendant le traitement.  Je ne ferai plus de petits travaux dorénavant pendant mes traitements, j'ai eu ma leçon.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives