Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 05:33

Lorsque nous avons reçu notre fille et mon gendre le 22 décembre, je trouve que j'ai été chanceuse de ne pas avoir été trop souffrante et somnolente pour me voir dans l'obligation de prendre un antidouleur puissant et de faire une sieste.  Les comprimés d'Advil ont aidé à empêcher que ma douleur devienne trop forte.  Malgré que tout était plus complexe pour la préparation du repas sans électricité, tout a bien été. Lorsque j'avais à me pencher pour prendre quelque chose dans une armoire, ma fille accourait pour le faire à ma place, elle a débarrassé la table, et fait tout ce qu'elle pouvait pour rendre tout cela plus facile pour moi.  Elle a été adorable et à l'écoute.

  

Je ne confirme pas que mes douleurs soient moins présentes bien au contraire parce qu'elles me réveillent plusieurs fois dans  une nuit.  J'ai très mal dormi ces derniers jours, je devais me lever plusieurs fois dans la nuit pour me dégourdir.  La position couchée devenait intolérable, la douleur irradiait de la fesse jusqu'à mon pied.  Malgré que j'aie appliqué le gel Voltaren (un anti-inflammatoire topique), l'efficacité était de courte durée.  J'alternais entre l'application de glace et de chaleur. 

 

Je remarque par contre que la chaleur contrairement à mes habitudes pour me soulager amplifie la douleur et que la glace m'aide davantage.  Pourtant, en acupuncture, on me disait de ne jamais appliquer de glace et de toujours prioriser l'application de chaleur pour la gestion de la  douleur.  Bien sûr, la glace est tolérée en acupuncture dans les premiers 24 heures suivant une blessure avec oedème mais pas davantage. Les acupunctueurs conseillent d'utiliser la chaleur après ce 24 heures. Voltaren EmulgelMD

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.voltaren.ca/fr/guide-des-affections

 

http://www.voltaren.ca/fr/tout-sur-la-douleur

 

 

Le lever du matin est toujours pénible, je dois prendre le temps d'appliquer la glace avant de débuter mes journées.  Ça m'aide par la suite à me déplacer sans boitiller et je remarque depuis quelques jours que je peux vaquer à des occupations que j'avais abandonnées.  Est-ce à cause de mes journées plus occupées que je ressens ces douleurs la nuit?  Je ne saurais le dire, parce que même avant cette période que  je qualifie de positive (pouvoir accomplir plus de tâches), les douleurs avaient commencées à me réveiller la nuit, ce qui n'arrivait jamais auparavant.  Malgré que les douleurs me réveillent la nuit, que je tolère de moins en moins la station debout prolongée, que je ne puisse plus prendre de longues marches comme je le faisais, si je peux me sentir plus vivante en pouvant accomplir plus de choses dans une journée, je dis tant mieux et que ça continue, parce qu'ainsi malgré que ma douleur soit présente la nuit, que je ne tolère plus la station debout, que je ne prenne plus de longues marches, je me sens vivante. 

 

Lorsque je somnole le jour et que je dorme de 2 à 3 heures en soirée, il est normal que je me couche à des heures qui n'ont aucun sens.  Dormir si longtemps en soirée est la raison pour laquelle je ne puisse pas trouver le sommeil à des heures raisonnables avant tard dans la nuit.  Que je me lève si tard le matin est aussi l'explication à tout ce qui s'en suit de mes trop longues siestes le soir.  Après avoir dormi entre 2 à 3 heures le soir et que je me réveille à 22 heures,  parfois je n'ai même pas soupé, je n'ai pas pris mon bain et c'est la raison pourquoi je n'ai plus sommeil jusqu'à 2 ou 3 heures du matin.  Ces longues siestes en début de soirée je ne peux les éviter, je m'endors tellement, je ne peux pas garder les yeux ouverts.  Je me sens si détendue lors de ces siestes, j'en ai vraiment besoin malgré que ça affecte mes nuits.  J'aimerais retrouver un horaire normal, mais je me dis que je récupère le sommeil manquant lors de ces siestes.  Ne soyez pas étonnées de voir l'heure à laquelle l'article a été publié.  Avec ces longues siestes, ces réveils fréquents la nuit, si je récupère avec mes siestes, alors je dis tant mieux, même si ce serait plus "normal" que je me couche pour la nuit avant minuit et que je me réveille plus tôt le matin.

 

Je remarque également que j'ai de moins en moins de tolérance avec la position prolongée debout, comme par exemple lorsque j'ai à préparer des mets qui demandent plus de temps que d'autres à être debout, je dois m'asseoir sur un tabouret pour poursuivre.  La station debout prolongée qui est devenue difficile fait partie de ma vie depuis quelques années après qu'ils ont découverts que je souffrais d'un spondylolistésis.  Je ne rajeunis pas et la condition de mon dos s'est détériorée énormément depuis la découverte des métastases osseuses.  Les scanners, les  résonnances magnétiques et les scintigraphies osseuses le prouvent.

 

Si la douleur pouvait me quitter la nuit, ça aiderait à me sentir moins fatiguée le jour et à me coucher plus tôt le soir.  Mais je dois avouer que d'être en mesure de  pouvoir accomplir plus de tâches, aide grandement à me sentir psychologiquement mieux et vivante.  Je vous souhaite une bonne fin de nuit, pour ce qui est de moi il est temps d'aller dormir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bfrance - dans Douleur
commenter cet article

commentaires

Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives