Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 05:28

Comme je le disais dans un précédent article, je suis allée aujourd'hui en oncologie faire ma prise de sang. J'en ai profité pour discuter avec l'infirmière pivot afin de lui demander pourquoi je n'aurais pas pu passer par elle afin qu'elle me mette en contact avec un médecin pour la prescription de l'antidouleur.

 

Elle me répond que je ne suis pas en soins palliatifs et que je n'y ai pas droit, le jour où le temps sera venu que je fasse partie des soins palliatifs, j'aurai droit à tous ses services.  Et pourtant, mes traitements le sont palliatifs car aucune guérison jusqu'à présent est possible. Mais non, ce n'est pas considéré ainsi et je ne suis pas aux soins palliatifs même à l'externe.

 

Tout ce qu'elle pouvait faire pour m'aider est ce qu'elle a fait.  C'est-à-dire aviser le personnel infirmier de la salle d'urgence afin que je sois vue rapidement étant donné que j'ai un cancer et que je suis souffrante.

 

Voilà l'explication pour les soins palliatifs. Est-ce qu'il faut être mourant pour avoir droit même en externe à ces services?  Je me pose la question. En lisant les liens ci-dessous, je constate qu'ici ce n'est pas tout à fait le même procédé.  Oui on nous offre un psychologue, un travailleur social, mais pour la douleur, rien. Notre système de santé est le même pour tout le monde, alors pourquoi ne pas l'uniformiser à la grandeur du Québec?

 

Il me reste à tirer au clair la situation à la clinique médicale où je suis suivie par mon médecin généraliste afin que des incidents comme je viens de vivre ne se reproduisent plus.

 

 

 

http://www.hscm.ca/soins-et-services/les-soins-et-services-ambulatoires-en-sante-physique-cliniques-externes/chirurgie/medecine/clinique-externe-des-soins-palliatifs/index.html

 

 

http://www.bruyere.org/alavida/bins/content_page.asp?cid=19568&lang=2

Partager cet article

Repost 0
Published by bfrance - dans Système de santé
commenter cet article

commentaires

Kelly 04/05/2011 19:18



Tu n'as rien à perdre d'essayer ainsi. Biz



bfrance 04/05/2011 20:38



Non rien n'a perdre et peut-être beaucoup à gagner:  Empêcher que ces erreurs se reproduisent indéfiniment.  Bisous à toi!



diane 03/05/2011 14:11



Bonjour France,  En communiquant avec le MSSSQ, au bureau de l'attaché politique du ministre Yves Bolduc, tu pourrais obtenir une information "officielle" sur la définition des soins
palliatifs que donne le ministère.  La question que tu poses sur ton blogue est tout à fait pertinente pour les hautes instances du MSSS.  La gestion de la douleur est une priorité pour
toi et pour toutes les personnes atteintes d'un cancer et il y a une "zone grise" entre la définition des soins palliatifs et les conditions requises pour y avoir accès.  C'est
invraisemblable qu'il y ait un tel manque de coordination dans les soins infirmiers en 2011 au Québec.  Je t'encourage à faire cette démarche pour aller à la source du problème.  Je
suis très perplexe devant les soit-disant protocoles que doivent suivre les infirmières (pivot ou pas...) dans des cas précis comme le tien.  C'est bien triste et je suis certaine que tu
peux aider à faire bouger les choses. Bon courage, Diane



bfrance 03/05/2011 17:11



Je ferai la première démarche avec l'oncologue et mon médecin généraliste, et je verrai la suite. Si rien ne fonctionne j'irai plus haut, mais je ne crois pas que ce soit refusé.



Jacqueline 03/05/2011 13:59



En fait j'ai dit ton oncologue mais tout médecin généraliste serait peut être plus ouvert. C'est mon médecin généraliste qui m'y a référé dans mon c as. Jacqueline.



bfrance 03/05/2011 17:08



Je ferai la demande aux deux comme ça encore plus de chance d'être acceptée.



Jacqueline 03/05/2011 13:58



Autre secteur autre moeurs. Ici c'est plutôt la norme pour les gens souffrant de cancer avec douleur. Moi je reviendrais à la charge avec mon oncologue et je lui demanderait de me référer aux
soins palliatifs. Tu n'as rien à perdre. Tout à coup que cela fonctionnerait. Jacqueline.



bfrance 03/05/2011 17:08



Je le ferai oui  merci du conseil, comme cela je n'aurai pas à faire face à tout ce que je viens de traverser pour avoir finalement mon antidouleur 3 semaines plus tard.  Bonne
journée.



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives