Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 21:44
Savoir dire "NON" sans blesser l'autre ni culpabiliser. 
 
  
Pourquoi a-t-on de la peine à dire NON ?
  
Pour faire plaisir à l'autre ? Pour être accepté ou aimé? Pour avoir de la reconnaissance ou une faveur ? Pour ne pas contrarier ou blesser l'autre par pitié ? Pour avoir la paix? Ou parce qu'on ne SAIT PAS dire non ?
  
Dire OUI à l'autre par obligation c'est se dire NON à soi-même c'est ne pas se respecter !
  
C'est penser que l'autre est plus important que nous, qu'il a plus de droits que nous.
  
Bien sûr on peut rendre service et dire OUI de bon coeur mais il arrive parfois qu'on dise OUI alors qu'on n'a aucune envie ! A force de ne pas savoir mettre des limites on court vers l'épuisement la frustration et de la rancune envers la personne qui nous demande "trop" !
 
 
Je veux parler ici des personnes qui disent toujours OUI et qui n'en peuvent plus ! Qui ont l'impression de se faire chaque fois manipuler! Qui ont l'impression d'être victime des autres. Ou qui ont toujours dû "courber l'échine"et se soumettre devant des parents sévères.
 
Comment dire NON à quelqu'un fermement gentiment sans le blesser et sans culpabiliser ni chercher à vous justifier ?(ce qui veut dire que vous vous sentez coupable). 
 
Déjà, il faut avoir compris que vous AVEZ LE DROIT DE DIRE NON.
 
Commencez votre phrase par NON car c'est un mot qui veut déjà tout dire.... "NON désolé mais ce n'est pas possible, je suis occupée" ou "NON ça ne va pas pour cette fois j'ai déjà prévu autre chose", je suis très occupé en ce moment....si la personne devient insistante et vous demande des détails dites que vous n'avez pas le temps maintenant ou que vous lui en parlerez peut-être la prochaine fois.
 
Proposez-lui un autre moment qui vous conviendra mieux (si vous avez envie de rendre service à la personne). En choisissant un autre moment vous aurez l'impression de gérer la situation d'avoir eu le choix et non pas d'avoir subi la volonté de l'autre.
 
 
Aimez-vous et respectez-vous. Si vous vous estimez digne de respect vous arriverez plus facilement à mettre des limites à ce que vous tolérez.
 
L'essentiel est d'être claire avec vous-même et de dire OUI quand c'est oui à l'intérieur de vous et NON quand vous n'êtes pas d'accord. Ce n'est pas être égoïste ce n'est pas être méchant.
Un service rendu de bon coeur a beaucoup plus de valeur qu'un service rendu à contre-coeur.
 
Un acte vaut mieux que mille paroles c'est quand votre entourage aura constaté que vous n'êtes plus décidé à vous laisser faire qu'il commencera à mieux vous respecter.
 
N'attendez pas d'être excédé ou la fois de trop qui sera la goutte d'eau qui fait déborder le vase !
 
Dire NON avec empathie c'est possible et en général ça passe bien !
 
 
Même si au début lorsque vous opposez un refus clair et ferme vous risquez de décontenancer les gens de provoquer des réactions de rejet vous aurez aussi l'occasion de voir QUI sont vos vrais amis : ceux qui accepteront votre "NON" et aussi ceux qui vous féliciteront d'arriver enfin à mettre des limites! 
 
Texte très véridique qui concerne beaucoup trop de personne qui ne savent pas dire NON, entre autre mon mari qui est trop bon et qui ne veux blesser personne! Il en a essuyé des refus, mais lui il a toujours dit OUI!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

margareth 03/03/2011 10:41



Ma mère a découvert cela à 75 ans ! Après sa mort j'ai découvert dans sa table de nuit un livret sous forme de feuillets quotidien avec une résolution par jour : j'ai le droit de dire non, j'ai
le droit de dire que je suis fatiguée ou malade, etc.



bfrance 03/03/2011 23:26



Et elle avait parfaitement raison. Il faut apprendre à le faire, on ne doit pas se laisser intimider pour ne pas blesser.



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives