Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 05:53

Lorsqu'on apprend notre cancer ou celui d'une personne proche, on ne sait trop comment réagir.  Bien avant mon cancer je ne savais pas comment aborder les gens.  Est-ce qu'on demande comment vas-tu?  Je n'osais pas poser cette question parce qu'en général on ne va pas trop bien lorsque nous sommes atteints d'un cancer.

 

Au départ le moral n’est pas au top et la machine s'enclenche  peu après l’annonce. Les examens,  la chirurgie, les traitements, la perte de cheveux, la fatigue, la radiothérapie, etc.

   

Il a fallu que j'en aie un à mon tour pour comprendre ce qu'est la réaction des autres vis-à-vis de moi.  Au début tout le monde compatis, et par la suite plusieurs s'éloignent. Je pensais lorsque je côtoyais des personnes atteintes, qu'elles préféraient ne pas se faire aborder par les gens, est-ce que j'avais raison?  Possiblement pour certaines personnes elles préfèrent être seules  et pour ce qui est de moi, j'ai toujours apprécié que les gens viennent à moi afin de prendre de mes nouvelles.

 

Certaines personnes prennent leurs distances afin de ne pas être obligées d'aborder les gens atteints et pourtant si ces personnes savaient combien c'est réconfortant de voir que les gens ne fuient pas. Souvent j'ai eu l'impression de la part des personnes qui me connaissent qu'elles fuyaient comme si j'étais une bête de cirque et contagieuse.  Leurs regards étaient fuyants et ils osent à peine saluer.  Je comprends leurs réactions, mais pour ce qui est de moi, ça me peinait.

 

On s'aperçoit rapidement qui continuera à entretenir des liens et ceux qui s'effaceront.   C'est pour cette raison que des associations ont vu le jour afin d'aider les gens atteints d'être en mesure  de  pouvoir communiquer avec du personnel formé et qualifié qui peut grandement aider et nous écouter.  Il y a  l'Association Canadienne du Cancer du Sein qui offre ce service d'écoute et on peut aussi nous mettre en contact avec une ou des personnes qui vivent le même cancer que nous.  C'est plus facile d'en parler avec des personnes qui vivent à peu près le même cheminement.



Je me souviens qu'au tout début j'ai téléphoné à l'Association Canadienne du Cancer du sein pour m'informer où trouver une perruque, le personnel est très gentil et on sent qu'ils font ce travail avec amour.  On m'a offert de discuter avec une femme qui vivait un cancer du sein au même moment.  À cette période de ma vie,  je ne savais pas encore que mon cancer avait métastasé aux os et je n'étais pas prête à parler de mon cancer à des inconnues.  Je parlais ouvertement à la famille, les amis(es). Eux ce sont  fatigués d'être toujours en contact  et moi il fallait que je ventile ce trop plein, en parler m'aidait énormément.  Je ne pleurais pas, ça me soulageait.  J'étais à l'aise d'en parler et j'en parlais sereinement avec beaucoup de positif.



Ici les mouvements qui viennent en aide aux personnes atteintes d'un cancer ne sont pas présents et il faut toujours se déplacer vers les villes qui offrent ces services.

 

Il existe plusieurs endroits pour obtenir de l'aide, des conseils, d’être écouté par des personnes qui vivent la même situation. C'est un manque dans notre région et je crois sincèrement que ce serait très apprécié, si cela pouvait être un projet possible, il serait le bienvenu.  On peut parler au téléphone à des aidants, mais ce n'est pas comme le contact direct lorsque nous vivons tout près des autres personnes atteintes.

 

C'est pour cette raison qu'en mai 2009 je me suis lancée dans l'écriture pour écrire mon blog. Ce moyen m'a grandement aidée et je ne regrette rien.  J'y ai fait la connaissance de plusieurs femmes atteintes et des liens amicaux se sont tissés et nous formons une belle famille qui s'entraide. Certaines sont québécoises et d'autres européennes, donc pas facile de se côtoyer en chair et en os.

 

Oui il est possible de se sentir moins seules et il faut tenter l'expérience afin de vous aider à extérioriser ce que vous vivez intérieurement et qu'il est parfois trop difficile de garder cela pour soi.  Il ne faut pas accumuler tout ça, et apprenez à vous extériorisez, vous ne le regretterez pas. Ne restez surtout pas seul, il y a une ou des personnes prêtes à vous aider.

 

Comment avez-vous ventilé l'annonce de votre cancer?

 

 

J'aimerais bien que vous y répondiez et par la même occasion si vous avez reçu de l'aide,   mentionnez-le, ça sera utile à d'autres qui  viennent d'apprendre leur cancer.

________________________________________________________________________________

 

 

Voici une belle histoire à lire:



Association Imerman Angels : ne plus se battre seul contre le cancer



 

 

En 2003, un jeune Américain, Jonny Imerman, a eu cette belle idée de créer une association qui permet à tout patient atteint d’un cancer de parler avec une personne guérie du même profil (même cancer, même âge...).

 

 

Jonny Imerman a créé cette association après avoir été lui-même atteint d'un cancer du testicule à 26 ans. Malgré tout le soutien de ses proches, le jeune homme ressentait un fort besoin  d’échanger avec une personne ayant traversé la même épreuve que lui. N’ayant trouvé personne pendant son combat, une fois guéri, il décide de créer l’association « Imerman Angels ». L’objectif est de connecter tout individu touché par un cancer à une personne du même âge et qui a survécu au même cancer. Car aucun malade ne devrait avoir à se battre seul.

 

Aujourd’hui, 8 ans plus tard, l’association a bien grandi. Elle possède une base de données de près de 5 000 personnes ayant survécu à de nombreux types de cancers, et devenues « parrains » / « marraines » après une courte formation. Plus de 4 500 mises en relations personnalisées ont déjà été établies, dans 23 pays, dont la France.

 

Pour rapprocher au mieux le patient de son « ange gardien », les candidats remplissent un questionnaire confidentiel très complet sur leur histoire. Selon la distance et les souhaits de chacun, les contacts se font ensuite par mail, téléphone, courrier ou lors de vraies rencontres.

 

Sur le même principe d'appariement, l’association met aussi en contact des proches (enfants, parents, frères et sœurs voire amis) de malades et de survivants de cancer.

 

Par ailleurs, ce service est entièrement gratuit. Alors, n’hésitez plus. Que vous soyez malade du cancer ou proche d’un malade, sous traitement ou guéri(e), rejoignez la tribu des anges d’Imerman !

 

Sources : Le figaro, 19 juin 2011, http://www.imermanangels.org



 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

brigitte 21/07/2011 21:08



merci mon trésor


pour info, je reviens du cancérologue, ma prise de sang, ok, ouffffffff, je le revois dans trois mois


par contre tj douleurs au sein, d'après lui, c la cicatrice


sinon tj des douleurs au niveau de la vessie, il m'a fait faire une analyse d'urines, certainement une infection, à suivre


voili, voilà


sur ce je vous souhaite àtous une bonne soirée


biz à plus



bfrance 22/07/2011 05:10



Super nouvelle ça, je suis contente pour toi. Pour ton sein, toi seule sait ce qui se passe dans ton corps et selon toi est-ce la cicatrice qui te fais souffrir? Une analyse et pas de
culture d'urine?  J'espère que ce n'est rien et que ça ira mieux sous peu.  Bonne nuit à toi, ici il est 23h10.  Bisous



brigitte 21/07/2011 12:05



BEN WI MA CHERIE FAUT QUE L'on s'accroche à la vie !!! elle est tellement merveilleuse, même avec les douleurs


c vrai que franchement la peinture m'aide bcp dans mon quotidien, je souhaite à vous toutes de trouver une passion !!!!!!!! c une thérapie sans contre indication


 


sur ce je te souhaite une bonne journée ainsi qu'à toutes mes amies


bizzzz



bfrance 21/07/2011 18:29



Oui et je m'accroche tout comme les femmes merveilleuses ici. Ta peinture est vraiment une thérapie et j'y crois, ne cesse surtout pas.  Bonne journée à toi, ici il fait 35 degrés et
c'est accablant. Bisous caniculaire:)))0



brigitte 19/07/2011 21:24



merci ma chérie, c vrai qu'il faut trouver une solution pour souffrir moins, mais c pas tj chose facile, j'ai l'impression qu'en france on parle à des
murs, se faire prendre au sérieux, aie aie dure dure !!!!!!


allez ma chérie, courage à toi, et surtout continue de t'accrocher comme tu le fais, tu es merveilleuse !!!!


bizouilles à plus



bfrance 21/07/2011 06:47



Tu sais Brigitte, ici aussi on a l'impression de parler à des murs parfois. Se faire prendre au sérieux même avec un cancer, ce n'est pas tjrs chose facile. Tu es aussi merveilleuse car
tu souffres et tu vis au jour le jour en faisant de la peinture et tu t'accroches parce que la vie est belle.  Bisous et à plus.



brigitte 18/07/2011 20:39



courage ma chérie, il faut surtout qu'on se dise qu'on a la chance d'être en vie !!! les douleurs font partient de notre quotidien, hélas, mais bon !!!!! il y a pirre !!! même si des fois c
tellement difficile de vivre notre quotidien ainsi


mille gros schmoutzelés bribri



bfrance 19/07/2011 04:29



Tu as bien raison Brigitte, nous sommes en vie. Comme me disais une connaissance qui a eu 3 récidives de son cancer du sein:  nous nous en sortons mais à quel prix? La douleur fait
partie de notre vie et il faut trouver le bon moyen pour souffrir moins. Prends soin de toi et ne tolère pas la douleur si tu as trop mal et consulte ton médecin s'il le faut.  Bisous à toi
ma gentille Brigitte xxxx et gros calin.



brigitte 17/07/2011 21:56



eh ben ma chérie, tu vois nous avons encore un point en commun


comment vas tu aujourd'hui ?


moi une douleur au niveau de la vessie, enfin tj qq chose


je t'embrasse tendrement et te souhaite que de bonnes choses et surtout le moins de douleur possible



bfrance 18/07/2011 04:47



Aujourd'hui douleur +++, et comme tu dis, il y a toujours quelque chose, jamais moyen de n'avoir jamais de douleur.  On va me canoniser lolllll je suis une sainte.  À toi aussi
moins de douleur et en fait plus de douleur du tout.  Bisous ma belle



brigitte 15/07/2011 22:51



moi lorsque j'ai appris mon cancer je ne l'ai caché à personne, j'estime que les personnes autour de moi avaient le droit de savoir, je préfère dire les
choses telles quelles sont


je n'avais par contre aucune envie que l'on me plaigne, j'essayais de tj garder le sourire pour ne pas les blesser


c vrai que la famille que j'ai crée était formidable, mes amies aussi


 


eh wi chacun son histoire



bfrance 16/07/2011 05:42



J'ai réagit de la même façon, je l,ai dit aux personnes près de moi. Non moi non plus je ne voulais pas me faire plaindre, j'étais positive et je le suis toujours demeurée. J'en parlais
ouvertement sans pleurer et j'étais à l'aise.



Kelly 04/07/2011 19:04



A l'annonce du cancer, il n'y a que mes proches qui l'ont su, plus ou moins rapidement. Les amis, les relations ? non. Je ne voulais pas de conseils, d'avis defaitistes. Par exemple quand on est
enceinte, toutes les femmes te racontent leurs accouchements plus ou moins terribles; puis ne fais pas ci, ne fais pas ça !


Au bout d'un moment je me suis dit que ce serait bien d'évacuer en faisant un blog, on se pose plein de questions. Si un sujet peut répondre et rassurer une autre femme, tant mieux. En
plus j'ai fait des rencontres virtuelles très amicales.


Gros bisous à toi.



bfrance 05/07/2011 06:39



Oui tu as raison certaines fois des personnes nous donne des conseils en ne sachant pas trop quoi dire n'ayant pas passé par la.  Et j'ai aussi décidé d'évacuer sur mon blog, la
meilleure thérapie qui soit.  Et j'ai aussi fait des rencontres virtuelles très amicales et je suis choyée de toutes vous connaître virtuellement.  Dommage que ce ne soit pas en
vrai.  Gros bisous et calins.



Manon 04/07/2011 16:17



Ppas facile d'en parler. Moi j'avais fait une réunion au bureau de toutes les filles de la cie et on m'a aidé pour en parler car je pleurais toujours. J'ai avisé mes collègues de ne plus me
demander de leur parler de mon cancer. Parlez moi comme avant, et quand je serai prête je vous parlerez de ce que je ressents.Ça c'était avant l'opération. Ensuite je suis revenue au travail avec
ma perruque et mon sourire. J'ai recommencé a les faire rire car je suis une personne qui aime jouer des tours et rire malgré mon poste de directeure de crédit. Je me suis confiée à mes employées
et peu à peu aux autres mais avec beaucoup de restriction. Ma famille l'a sue après l'opération et ça sans leur dire que j'avais des méta osseuses. Mes fils avaient 18 et 15 ans à
l'époque. Je les aies rassurés sans leur dire pour les méta osseuses. Je gardais ça pour mon mari et moi. J'ai une amie a qui je racontais tout et là je pouvais me laisser aller. Pas capable de
dire aux autres toute ma peine. Je suis faite comme ça. Mes jeunes ont tout su suite à mon hospitalisation, il y a 3 ans. Ils ont compris mon secret et bien accepté. aujourd'hui encore je ne peux
me laisser aller à pleurer devant eux. Je continue à faire des jokes et rire avec eux. C'est ça leur maman. Je suis allée a des atelier sur le cancer et ça m'a aidée a en parler car ce sont
toutes des femmes avec des cancers et qui vivent les même angoisses , stress. Le conseil a celles qui apprennent qu'elles ont un cancer, consulter ces ateliers c'est une merveille. On apprend des
autres et l,amitié qui se crée est nécessaire à notre nouvelle vie. Ton blog France est une petite merveille car tu m'aides à parler et je lis tous ces articles ainsi que les commentaires des
autres. Merci pour ce blog Bisous



bfrance 04/07/2011 17:41



Chacun y va à sa façon.  Moi je l'ai annoncé à toute la famille. Je suis certaine que les ateliers t'ont grandement aidée. J'aurais aimé en avoir ici également.  L'amitié se
créée c'est officiel, regarde juste sur le blog, c'est virtuel mais bien réel et on s'apprécie toute et on se confie.  As-tu gardé des liens avec ces personnes que tu as connues?


Merci pour le compliment sur le blog, je fais mon possible pour qu'il vous plaise. Gros bisous



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives