Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 05:05

Demain après-midi je vois mon oncologue qui me traite depuis 4 ans maintenant pour la dernière fois.  Il quitte pour prendre sa retraite à la fin du mois d'avril.  Deux nouveaux oncologues entreront en poste pour le remplacer à tour de rôle.  Ils  pratiquent dans un autre hôpital situé à 1h15 de chez moi, à l'hôpital où j'ai fait ma résonnance magnétique en janvier dernier, en juin 2011 et mai 2009.  C'est également à ce même hôpital où j'ai fait mes scintigraphies osseuses.  Ce qui est bien, c'est que j'ai un dossier médical à cet autre hôpital au département de radiologie et de médecine nucléaire.

  

Ils travailleront en équipe multidisciplinaire avec d'autres oncologues de ce même hôpital, ils sont plusieurs oncologues qui y travaillent.  Ce que je trouve de bien, c'est que j'aurai la chance de les rencontrer tous les deux, de me familiariser avec chacun d'eux et surtout de pouvoir établir une relation patient-médecin de confiance.  Si un ne peut être présent une semaine, c'est l'autre qui fera la clinique.   Ils travailleront à l'hôpital où je suis suivie depuis le début de mon cancer et à un autre hôpital fusionné au nôtre qui est à 45 minutes de l'hôpital où je suis traitée. 

  

Pour en revenir à mon rendez-vous de demain, je ne crois pas que mon oncologue me donnera de mauvaises nouvelles, j'ai mes résultats de série onco que je vais toujours chercher aux archives médicales.  Mes CEA ont baissés ainsi que mes CA 15-3.  À ma dernière visite en décembre dernier, étant donné que mes CEA ne cessaient de grimper depuis le début du printemps, mon oncologue voulait attendre que je fasse une autre série onco en prévision de ma visite de demain avant de prendre la décision si je devais cesser de prendre de l'Arimidex et le changer pour du Tamoxifène ou du Femara.  Il soupçonnait que la hausse des CEA signifiait que je ne répondais plus à l'Arimidex et qu'il serait préférable de tenter un autre traitement.  Je ne crois pas que ce sera le cas demain, ce sont de très bonnes nouvelles la baisse de ces analyses.

  

Comme il aura reçu le rapport de ma  première visite avec le radio-oncologue, il pourra m'informer et discuter de tout cela avec moi.  Je sais qu'à une période où mes douleurs étaient très fortes, qu'il envisageait de la radiothérapie palliative. Cependant, pour en recevoir il fallait être certain de la nature de la douleur parce que la radiothérapie qui est administrée pour une toute autre raison que des métastases n'est pas recommandée et n'a aucun effet bénéfique.  La radiothérapie détruit les bons tissus comme les mauvais et elle ne soulage que la douleur qui est causée par le cancer.  Mon oncologue abonde également dans le même sens que le radio-oncologue.  C'est pour cette raison qu'il faut être certain de la nature de la douleur.

  

Je ne crois pas qu'il recevra le deuxième rapport du radio-oncologue avant son départ pour la retraite concernant la résonnance magnétique prévue très bientôt, il sera sûrement déjà à la retraite.  Ce sera aux nouveaux oncologues lors de mon prochain rendez-vous de me le transmettre.

  

En conclusion, tout ce que je souhaite est de pouvoir établir une relation de confiance avec ces deux nouveaux médecins.  J'aime un médecin  qui prend le temps de bien expliquer, de répondre aux questions, de rassurer et de discuter lorsque c'est nécessaire.  Mon oncologue actuel c'est fait une carapace  pour se protéger, ce qui est bien, mais il ne faut pas pour autant qu'il adopte une attitude froide lorsqu'il est confronté à transmettre une mauvaise nouvelle.   Lorsqu'il m'annonce une bonne nouvelle, il sourit et il est encourageant.  Au moment de l'annonce de mes métastases, il était froid, il ne savait plus quoi dire après me l'avoir annoncée, il s'est protégé, mais je l'ai  mal vécue cette froideur que j'ai vu dans son visage et ses paroles.

  

Certains sont plus empathiques que d'autres heureusement. Il serait néfaste que les médecins s'apitoient sur le sort de leurs patients.  Cependant pour nous qui avons à  vivre avec le cancer, nous avons besoin d'un visage doux pour nous annoncer les pires nouvelles.  Ils peuvent être empathiques tout en prenant soin de revêtir leur carapace pour se protéger, c'est essentiel pour eux afin qu'ils puissent fonctionner sans s'effondrer lorsqu'ils doivent annoncer de mauvaises nouvelles à leurs patients.  Ils ne pourraient pas fonctionner s'ils agissaient autrement.  Ça ne doit pas être facile pour eux, mais ils n'ont pas le choix.

  

Pour nous qui sommes atteints de cancer, il est déjà difficile de devoir vivre avec cette maladie, il faut se sentir bien avec son oncologue.  En ce qui me concerne je verrai un oncologue pour le reste de ma vie car je ne n'aurai pas la chance de vivre une rémission, ni une guérison.  Mon cancer de stade IV est incurable et c'est la raison pour laquelle il est important que la relation entre mon oncologue et moi se doit d'être une relation de confiance, de  douceur et de respect. J'ai besoin d'un visage empathique pour établir cette relation patient-médecin.   Le premier contact est déterminant et je souhaite que ma première impression soit la bonne.   Je sais qu'il n'y a pas 36 façons d'annoncer une triste nouvelle, mais le faire gentiment c'est possible.  Nous n'avons pas besoin de nous faire annoncer une mauvaise nouvelle avec froideur, c'est important de ressentir de la chaleur humaine.

 

Nous ne choisissons pas notre oncologue, il nous est désigné tout dépendant dans quelle ville nous vivons et à l'hôpital de cette ville.  Aucun choix ne nous est offert, nous acquieçons si nous voulons être traités.   On peut choisir d'être traité à l'extérieur de notre ville, mais encore une fois, on nous désignera un oncologue.  Le choix ne nous revient pas.

 

 

Comment a été votre relation avec votre oncologue?

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bfrance
commenter cet article

commentaires

Biquette 10/04/2013 09:01


D'abord: plein de pensées amicales et réconfortantes que je t'envoie ma chère France...


Au centre spécialisé contre le cancer où je suis suivie, j'ai eu une gynéco-oncologue, jeune femme efficace, pleine d'empathie, une chimiothérapeute, plus froide mais à l'écoute quand même, un
radiologue désagréable , qui m'a balancé à la figure des résultats; qui m'a fait mal lors d'une biopsie sans mot d'encouragement...


Depuis deux ans, j'ai un bilan annuel en Mai avec la gynéco-oncologue, ça se passe bien, mais j'ai toujours l'angoisse qu'elle arrête mon suivi au motif que après 10 ans je n'en ai plus besoin.


Bon courage, bises, Biquette

bfrance 15/04/2013 02:25



Merci Biquette de tes pensées amicales et réconfortantes que je t'envoie à mon tour.  Tu as eu dans toute cette gamme de spécialiste plus de médecin froid qu'empathique d'après ce
que je constate.  C'est dommage que cela arrive, les malades peu importe leur maladie n'ont pas à subir cela.  Pourquoi ne lui demandes-tu pas si elle cessera le bilan annuel, tu
pourrais en discuter avec elle et si jamais c'est ce qu'elle envisage tu pourras lui dire que tu ne te sentiras pas en sécurité, je suis  certaine qu'elle te répondra. 
Je t'embrasse mon amie xxx



Picasso 08/04/2013 22:58


Allo France,


Ca prend du courage pour vivre tout ca! Les oncologues que j'ai rencontrés étaient vraiment gentils je n'ai pas eu de mauvaise expérience.  Je suis certaine que ca ira bien avec tes 2 
nouveaux oncologues surtout lorsqu'ils commencent ils sont plus empatiques. Prends soin de toi alp


Picasso


 

bfrance 15/04/2013 02:19



Allo Picasso,


Je ne crois pas que je suis plus courageuse que d'autres, nous avons chacun nos épreuves et nous les vivons différemment.  Mon oncologue m'a dit lundi lorsque je l'ai vu pour la
dernière fois que j'étais très courageuse, venant de cet homme qui est parfois froid, le compliment est apprécié.  Il donnait l'impression parfois de n'éprouver aucun sentiment et j'ai vu le
contraire ce lundi.  J'espère que  ça ira bien avec les nouveaux oncologues, de toute façon je n'aurai pas le choix si je veux  être traitée de me faire à leur présence. 
Merci je prends soin de moi et je te dis la même chose, prends bien soin de toi, c'est important de penser à nous.  alp xx



caro 08/04/2013 19:32


Merci France pour ces dernières nouvelles, je pense régulièrement à toi, gros bisous et courage ma belle xxxx

bfrance 15/04/2013 02:10



Tout a bien été lors de mon rendez-vous, je savais que je le voyais pour la dernière fois avec un pincement au coeur.  Après tout c'est grâce à lui si je suis encore en vie, il a su
me prodiguer le bon traitement et je le remercie de tout mon coeur.  Gros bisous à toi xxxx



Christine 08/04/2013 11:43


Bonjour France,


Merci de ces dernières nouvelles.


Pour répondre à ta question, j'ai pour le moment un bon contact avec mon oncologue. Je ne l'ai vu que 2 fois. En effet, il est courant ici d'être d'emblée suivie par une équipe
pluridisciplinaire. Aussi tous les 3 mois je vois tour à tour l'oncologue, le radiologue ou le chirurgien. Lorsque je me présente à ces RDV, je viens avec mes résultats d'analyse de sang. 


L'oncologue peut être contacté à tout moment par téléphone via son secrétariat ou par Email. C'est mon interlocuteur principal. Mais je peux appeler les autres si je veux.


Voilà tout ce que je peux dire.


 


J'espère que tu pourras faire une IRM ciblée rapidement.


Gros bisous et bon courage, Christine 



bfrance 15/04/2013 02:02



Bonjour Christine,


C'est bien l'organisation pour les rendez-vous chez toi.  Pour ce qui est d'ici, je n'ai pas à apporter mes résultats si je dois voir le radiologue ou le chirurgien et l'oncologue,
tout est compilé dans mon dossier médical à l'hôpital où je suis suivie. Par contre si je dois me rendre à Montréal comme c'est le cas en ce moment pour rencontrer le radio-oncologue, la
secrétaire de mon médecin de famille a tout envoyé à la clinique de radio-oncologie par le biais  du télécopieur elle leur fait parvenir un résumé de dossier avec tout ce qui peut être utile
au radio-oncologue.  Je fais L'IRM mardi qui vient.     Gros bisous à toi et merci!



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives