Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 12:42

Me voici de retour de mon petit séjour à l'extérieur qui m'a fait un grand bien.  Le premier soir nous avons dormi chez notre fille, elle nous a reçu à souper et nous avons passé de bons moments.  Le lendemain nous sommes partis pour nous rendre chez le frère de mon mari, nous y sommes demeurés 2 jours.  Encore une fois de bons moments passés avec eux et nous étions tous heureux de nous revoir.

 

Mais avant de nous rendre dans la famille j'ai d'abord vu le plasticien.  Je suis  déçue de cette rencontre car des changements sont survenus au sujet de l'opération.  L'infirmière m'a fait entrer dans le bureau, m'a fait vêtir une jaquette que je devais revêtir avec l'ouverture sur le devant afin que le chirurgien puisse l'ouvrir sans que je doive la retirer pour bien voir mon sein à opérer ainsi que la cicatrice de la mastectomie pour la reconstruction.

 

Il me dit en entrant un beau bonjour et il ajoute que nous nous sommes vus en mai dernier.  Il demande pourquoi je le revois après seulement 2 mois.  Je lui ai dit que je le revoyais dans le but de me faire expliquer en détail la reconstruction.  

 

  

Voici le résumé de cette consultation :

 

Dans mon cas, la chirurgie avec l'expandeur n'est pas possible car je n'ai pas assez de peau.  L'autre solution de chirurgie offerte pour reconstruire mon sein:   Il lui faudrait prendre de la peau sur mon abdomen et pas un peu de peau mais beaucoup de peau.  Il devrait m'inciser l'abdomen du côté gauche jusqu'au côté droit, ensuite faire une torsion avec le muscle pour le diriger dans un tunnel qui serait fait pendant la chirurgie et qui se rendrait jusqu'à ma cicatrice pour y envoyer du gras.  

 

Je lui dit que lors de ma dernière visite, l'infirmière m'avait expliquée qu'une petite incision serait faite à l'abdomen et non pas une immense incision.  Il me répond du tac au tac que ce n'est pas l'infirmière qui est chirurgien mais bien lui et que lui seul peut m'expliquer cette chirurgie qu'il pratiquerait.

 

Je lui dis que mon thorax est encore très douloureux et ce trois ans après la mastectomie et je lui demande si mon thorax deviendrait plus douloureux suite à la reconstruction.  Il ne peut me dire si ce sera la même douleur par la suite ou si elle sera amplifiée par la chirurgie.  Que la douleur que j'ai présentement ne se résorbera pas et que la douleur peut être similaire à celle que j'ai en ce moment ou pire encore.  Pas une patiente ne réagit de la même façon suite à une chirurgie et ça je le comprends très bien.

 

Ma décision n'a pas été longue à prendre, je refuse la reconstruction parce que prélever de la graisse de mon abdomen, me faire inciser de droite à gauche ne me réjouit pas du tout.  Je souffre déjà suffisamment en ce moment et je ne veux pas empirer mon état.  Il me confirme que c'est une grosse chirurgie évidemment.

 

Pour ce qui est de la réduction mammaire, du nouveau est survenu.  Il m'annonce que je ne pourrai pas subir la diminution mammaire parce que je n'ai pas 250 grammes de graisse à retirer de mon sein et que l'assurance-maladie ne couvrira pas les frais pour cette raison.   Qu'il devrait m'enlever trop de  peau pour que la chirurgie soit couverte par l'assurance-maladie ce qui veut dire (250 grammes) et que je n'ai pas 250 grammes à enlever.

 

S'il devait m'enlever tout ça, je perdrais mon mamelon, je n'aurais pratiquement plus de sein car il enlèverait trop de graisse et de grande chance que je perdrais la sensibilité de mon sein.  J'ai déjà un sein en moins, je ne veux pas d'un sein qui n'aura plus de mamelon.   Je lui exprime ma déception et j'ajoute que dans les chirurgies qui sont reliées à un cancer du sein, en général on couvre les frais.  Il me dit qu'il s'informera à la régie de l'assurance-maladie afin de voir avec eux si on ne peut que prélever le gras nécessaire (moins de 250 grammes) pour me redonner un sein moins volumineux dans le but de me procurer une plus petite prothèse pour mon confort de tous les jours.

 

Pourtant lors de ma rencontre en mai dernier, tout était convenu qu'il me mettrait sur la liste d'attente pour ma chirurgie, (j'ai même reçu la lettre confirmant que je suis déjà sur cette liste)qu'il n'y aurait pas de problème à me faire accepter par la régie de l'assurance-maladie parce que c'est une chirurgie qui à rapport avec un cancer du sein, etc....Et aujourd'hui il regarde mon sein et me dit qu'il ne pourra pas prélever 250 grammes parce que je lui en voudrais par la suite de m'avoir prélevé trop de peau pour me retrouver avec presque plus de sein.

 

J'attends maintenant la réponse du chirurgien afin de savoir si je serai acceptée par l'assurance-maladie pour subir cette diminution.  J'avoue que je n'ai pas trop de chance, il arrive toujours un événement pour me décevoir depuis que je suis malade.

 

Je renonce à la reconstruction sans trop de déception, je n'ai pas le goût de subir cette importante chirurgie douloureuse qui mutilera mon abdomen. Comme je ne sais pas  combien de temps je vivrai, n'est t'il pas préférable de vivre les années qu'il me reste sans trop de douleur?  Je n'ai pas la chance d'être en rémission et un jour mon cancer se généralisera.  Je préfère vivre dans le moins de douleur possible et de vivre avec un seul sein.  Je vis bien sans cet autre sein et il en sera ainsi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sophie 11/12/2013 22:41


merci du fond du coeur de votre reponse, je suis décourager et je me dis en ce moment que la meilleure solution serais de rester sans sein  :( 


 


je vais jeter un oeil pour la dame que vous me sugèerer


 


bonne chance a vous


 

bfrance 11/12/2013 23:08



Rebonsoir Sophie, ça m'a fait plaisir de te répondre.  J'ai connu une femme de 40 ans en juin dernier lors de mes traitements de radiothérapie pour enrayer mes douleurs, les
traitements étaient seulement palliatifs et non curatifs.  Elle recevait de la radiothérapie suite à la perte de son deuxième sein.  Elle a choisi de demeurer sans sein, elle se sent
bien ainsi et son conjoint l'accepte bien.  Elle est épanouie et me disait qu'elle n'a pas besoin de subir une reconstruction ou de porter des prothèses.  En ce qui me concerne lorsque
j'ai appris seulement la veille de la chirurgie que je perdrais mon sein, je n'ai pas eu beaucoup de temps pour me préparer.  Lorsque j'ai pris mon bain je me suis regardée dans le miroir et
je lui ai dit adieu en sachant qu'à la même heure le lendemain il me manquerait le sein droit.   Le moment le plus difficile pour moi est pendant la saison estivale et que je sois
obligée de porter ma prothèse et le soutien-gorge.  Pendant les autres mois de l'année, c'est moins difficile et j'ai accepté de seulement porter la prothèse amovible car la chirurgie serait
trop douloureuse.  À l'endroit où était mon sein, mon thorax est demeuré très douloureux et ça fera 5 ans en février 2014.  Comme j'ai des métastases osseuses, je souffre déjà beaucoup,
je ne veux pas ajouter d'autres douleurs, j'en subit déjà suffisamment.  Mais chaque cas est différent pour chacune d'entre nous.  Je souhaite que tu trouves la solution qui t'aideras à
mieux accepter cette perte.   Tu sais en ce qui concerne de ne pas subir la reconstruction et de demeurer sans sein, pour les femmes qui n'ont pas une grosse poitrine je présume que ça
doit être plus facile à envisager.  Dans mon cas, comme j'avais tout de même une poitrine assez forte, je me serais mal vue de ne pas porter de prothèse.  Si je n'avais plus mon autre
sein,  peut-être que j'opterais pour ne rien porter et de demeurer sans sein. 


p.s.:  Est-ce que tu es du Québec dis-moi?



Sophie 11/12/2013 16:24


 


Mon histoire est similaire a la votre , une masse, beaucoup de douleur, une mammographie après 6 mois a la demander, un cancer du sein
''hormonale'' de grade intermédiaire , mastectomie radicale a 40 ans avec un nouveau conjoint c'est pas la joie...


j'ai fais la bonne fille en acceptant tout les traitement (6 séances de chimiothérapie et 25 de radiothérapie) sans dire un mots avec en tête la
reconstruction. Je me visualise depuis un an assis dans le bureau du plasticien qui me  donne la date de ma chirurgie, l'image qui vient tout de suite après , c'est celle ou je suis assisse
dans un parc a regarder ma fille de 6 ans jouer, il fait plein soleil et je suis en camisole blanche avec deux seins :) c'est en faite mon rêve le plus chère de ravoir mes deux seins.


Hélas ce n'est pas exactement la situation que je vis. le projet de reconstruction est enclenche avec un premier rendez vous avec le plasticien qui
a durer 1h30 ou il m'a expliquer quelques techniques pour mon ''cas'' , il me suggère fortement le TRAM, en plan A et le grand dorsal en plan B ...  et préventivement je fais enlever l'autre
sein.


je ne veux pas d'une si grosse opération et j'opterai pour des implants parce que chirurgie d'un jour, et je serai a la maison avec ma fille le
soir.


Mes questions sont les suivantes ???


est-ce que vous connaissez des femmes qui on eu recours a des implants après avoir reçu de la radiothérapie ?


 


Si oui serait-il possible de me mettre en contact avec elle?


 


Bien a vous mes cheres dames


Sophie

bfrance 11/12/2013 22:36



Bonjour Sophie,


Tu es jeune, j'ai eu mon cancer à 52 ans avec une segmentectomie comme première chirurgie et 3 semaines plus tard mastectomie totale.  J'ai aussi rencontré un  plasticien l'an
dernier afin de discuter avec lui de la possibilité d'enlever un excédent de peau à mon sein qu'il me reste pour que la symétrie avec la prothèse amovible soient pareille.  J'ai aussi
discuté des possibilités d'une chirurgie reconstructrice avec lui.  Je n'avais d'autres choix que le grand dorsal ou de prendre de la  peau à l'abdomen.  Je ne voulais pas d'une
chirurgie aussi difficile que le grand dorsal ou de prendre de la peau à mon abdomen, je voulais une prothèse.  Hélas, lorsqu'on m'a enlevée le sein, ils ont tellement gratté pour tout
enlever je n'ai plus assez de peau au thorax pour insérer une prothèse.  Devant ces deux possibilités qui m'étaient offertes, j'ai décidé de ne rien entreprendre.   J'ai connu dans
le passé avant de créer mon blog une femme qui avait choisi les prothèses et elle était très satisfaite.  Cependant le blog où je l'ai connue n'existe plus.  Par contre ici, il y a
Carlyne qui a subit la chirurgie avec prothèse, tu pourras lui demander lorsqu'elle publiera un commentaire.  Je te souhaite bonne chance et passe nous revoir, tu es la bienvenue.



nallie 14/08/2012 16:47


chère france


je comprens tout à fait ce que tu ressents j'aurrai fait de meme si j'étais dans ta situation


quand je me suis reveillée a la premiere intervention en 2009 lorsque je me suis levéé j'ai sentie un désequilibre malgré que j'ai une petite poitrine alors pour toutes les femmes qui en on plus
cela doit etre très handicapant


je donne simplement mon témoignage personnelle ce que j'ai ressentie a la deuxième intervention sue la reconstruction et bien sur chacun est libre de son corps et choisir ce qu'il y a de mieux


je t'embrasse très fort


je te quitte pour quelques jours car je pars me reposer car je suis extrèmement fatiguée


a bientot


nallie

bfrance 15/08/2012 01:46



Je ne sais rien encore, je n'ai pas reçu de nouvelles du chirurgien plasticien.  donc je ne sais pas si je serai opérée en septembre, c'est une histoire à suivre.


Tu as terminé tes cours et tu pars te reposer, tu fais bien, essaies de retrouver ton énergie et je te dis à bientôt et bonnes vacances.



nallie 23/07/2012 21:51


chere France


pour moi aussi je voulais l'expandeur mais la peau était trop tendu alors le seul moyen était de préléver un lambeau pour recréer un sein


je ne regrette rien car c'est très reussi


j'aurai pensé qu'en me reveillant de bloc cela serait pas joli mais non c'est parfait a mes yeux


et pour cela j'ai sacrifier une parti de mon dos


cette décision je l'ai prise car pour moi c'était le seul moyen de me sentir mieux dans ma tete et s'est reussi


ce n'est pas seulement une reconstruction du sein mais également une reconstruction psychologique


et pour les douleurs étonnemant j'ai ai eu très peu et mon thorax qui était douloureux après la radiothérapie et bien il ne l'ai plus maintenant


en octobre j'entame la deuxième partie qui est la lipostructure et j'ai hate


je ne sais pas encore si j'irai jusqu'a la reconstruction du mamelon car a l'heure d'aujourd'hui j'en ai pas envie


j'avais très peur de la reconstruction du résultat... des douleurs... et cette cicatrice dans le dos...


eh bien maintenant j'encourage les femmes qui désire cette intervention de foncer car vous ne le regreterez pas on se sent tellement bien après ..


c'est une renaissance


prend soin de toi France je sais que la décision que tu vas prendre et celle qui te correspondra le mieux


tendrement


nallie


 


 


 


 

bfrance 24/07/2012 17:17



Bonjour Nallie,


Toi tu as une chirurgie réussie et tu la désirais plus que tout.  Pour moi, que je fasse cette chirurgie ou pas, ça ne changera rien à ma vie car je vis très bien sans mon
sein.  Ça ne m'a jamais empêchée de me sentir femme surtout avec les jolis soutiens-gorge pour femmes mastectomisées.  Je me suis procurée cet été de jolies blouses, camisoles et robes
qui me font  me sentir très féminine.  Si la chirurgie n'avait pas été aussi lourde je l'aurais fait et comme ce n'est pas le cas, je refuse de subir encore d'autres chirurgies. 
J'ai déjà suffisamment de douleur à supporter sans en ajouter davantage.  Je me rendais chez le plasticien   pour faire réduire mon sein et une fois sur place je me suis informée
sur la reconstruction afin de savoir laquelle on m'offrait dans mon cas.  L'important pour moi est d'avoir un sein plus petit pour me procurer une prothèse plus petite.  Je ne ressens
pas ce que tu ressentais de ne plus avoir de sein, tu étais malheureuse tandis que moi, ne pas en avoir ne me déprime pas, je m'accepte.  Chaque cas est particulier et personne ne
réagit  de la même façon suite à une mastectomie.  Pour moi le principal était de tout enlever afin que je puisse vivre.  Je n'ai pas eu la chance que tu as eu du côté des
métastases.  Les tiennes se trouvaient sur la moelle, les miennes sont sur les os de mon bassin, dans ma colonne et ça ne se guérit pas.  Je pense que dans ce cas, c'est préférable de
continuer ma vie sans y ajouter d'autres douleurs et de vivre pour profiter de la vie sans trop de douleur.  Je ne guérirai pas Nallie, tandis que toi, tu connais une belle rémission et
c'est merveilleux pour toi et ta famille.


Amicalement,


France xxx


 



bonsoir Diane Morin 23/07/2012 02:13


bonsoir France,   Que d'efforts que tu as déployés depuis des mois pour embellir la partie la plus féminine de toi, la partie la plus féminine de toutes les femmes.  L'attitude de
ton plasticien me donne la nausée et sans être chauvine, je me demande si c'était UNE PLASTICIENNE, je crois qu'elle ne réagirait de façon aussi froide et détachée que CE MÉDECIN
SPÉCIALISTE.  Dans ces conditions, j'appuie ta décision de renoncer la reconstruction de ton sein.  A ce stade-ci, ta santé globale est plus importante que l'esthétisme.  Tes
douleurs multiples devraient peser lourd dans la balance de tes choix.   Je crois que la priorité est de miser sur ta paix intérieure et sur la réduction au maximum du niveau de douleur
que tu dois endurer au quotidien.  Je comprends ta déception profonde et c'est avec réserve et délicatesse que j'ose te donner mon opinion ce soir.  J'admire ta force et ta
combativité.  Diane xx


 

bfrance 23/07/2012 21:10



Bonjour Diane,


Je dois recommencer mon commentaire car ça ne fonctionnait pas pour l'envoyer.  Tout ce que tu dis est vrai, mais ce médecin ne faisait que m'expliquer quel genre de
reconstruction je pouvais recevoir.  N'ayant plus de peau, il n'a pas d'autres choix que de prélever de la graisse au niveau de mon abdomen.  Il sait ce qu'il doit faire mais moi je ne
veux pas subir cette importante chirurgie.  J'ai déjà suffisamment de douleur pour en avoir d'autres en surplus.  Pour la diminution c'était le but premier d'avoir un sein plus petit
afin de pouvoir porter une prothèse moins lourde ce qui aurait été très apprécié étant donné la douleur après une journée à la porter au niveau de mon épaule et de mon aisselle.  Pour la
diminution il se doit de respecter la marche à suivre de la RAMQ qui demande qu'on retire 250 grammes de graisse pour qu'ils puissent couvrir les frais de cette chirurgie.  M'enlever 250
grammes de graisse voudrait dire comme le chirurgien me l'a expliquée, que je n'aurais plus de sein.  Il doit enlever moins de graisse que ça pour me faire un beau sein plus petit.  La
décision revient à la RAM Q de prendre la décision à savoir s'ils accepteront cette chirurgie en enlevant moins de 250 grammes de graisse.  Le choix me revient de faire cette chirurgie
même si la RAMQ ne couvre pas tout ce qui veut dire quelques milliers de dollar si je dois payer les frais.  En général lorsque ces chirurgies sont indiquées dans les cas de cancer du sein,
la RAMQ accepte de couvrir les frais.  J'attendrai la réponse et si je dois assumer les frais, je refuserai la chirurgie.  C'est aussi simple que cela.  Merci de ton témoignage,
c'est toujours apprécié de voir les gens donner leur opinion.


Amicalement,


France xx



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives