Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 03:22

Nous sommes revenus à la maison à  18h45, le retour s'est bien déroulé.  Je n'ai pas ressenti de fatigue jusqu'au moment de revenir à la maison.  Nous nous sommes servi un verre pour décompresser de la journée et je crois que c'est ma coupe de vin qui a causé par la suite la fatigue et le sommeil.  J'écris cet article et je me plonge dans un bain tout de suite après avoir terminé.  J'ai quelques petites choses à faire par la suite et je devrai aller au lit tôt parce que nous nous lèverons à 7h demain matin.  Rendez-vous chez l'oncologue et nous ne revenons pas à la maison. En quittant l'hôpital, direction St-Jérôme immédiatement.  Nous passerons au salon funéraire si nous arrivons assez tôt avant la fermeture du salon et direction église pour les funérailles.

 

J'avoue que pour ce qui est de moi, la journée s'est bien passée en général.  J'ai rencontré beaucoup de gens, c'est ce qui est sympathique  pendant ces épreuves.  Tous ces gens venus pour rendre un dernier hommage prennent le temps de venir discuter et j'ai  aussi fait la rencontre de personnes que je ne connaissais pas et de d'autres que je n'avais pas vu depuis fort longtemps.  Les discussions sont joyeuses et ça aide énormément de voir toutes ces personnes.  Mon mari a pleuré quelquefois et à  certains moments je n'étais pas près de lui lorsque c'est arrivé.  Il trouvait difficile de voir son père dans le cercueil. 

 

Je ne suis pas allée près de la tombe à mon arrivée, j'y suis allée un peu avant de quitter à 17h ce soir et je me suis surprise à le regarder de très près et chose que je n'aurais jamais pensé faire, je lui ai touché la main. Il était tellement froid, sa main était glacée.  J'ai aujourd'hui apprivoisé pour la première fois la mort, et surtout de toucher à une personne décédée.  J'ai toujours eu peur des morts, je n'ai même pas touché à mon papa lors de son décès, ne me demandez pas pourquoi je l'ai fait aujourd'hui, je ne saurais quoi  vous répondre.

 

Il avait tellement l'air paisible, il avait presqu'un sourire au visage.  Il est heureux maintenant parce que malgré la grande présence de ses enfants dans sa vie,  il ne cessait de nous répéter qu'il attendait la mort, il s'ennuyait énormément dans sa petite chambre. C'est malheureux qu'il ait tellement souffert de solitude et c'est dommage parce qu'il venait de faire la connaissance d'une gentille dame ces dernières semaines. Il aimait bien sa présence et ils avaient de belles discussions, il semblait plus heureux.  J'ai même appris que la veille de son décès, il avait dansé, alors je peux dire qu'il a eu de belles journées à la fin de sa vie et je suis heureuse pour lui.  Ça aurait été préférable que tout  cela arrive bien avant.

 

Si ça n'avait été de mes deux belles-soeurs, dont une et son conjoint qui m'ont rayée de leur vie et de l'autre et son conjoint qui ont eu peine à nous regarder à notre arrivée, ma journée aurait été correcte. Celle qui m'a rayée de sa vie a dit bonjour à mon mari qui est son frère et elle a passé la tête haute près de moi sans un regard, son regard était de glace et son conjoint, nous a ignoré.  Ce n'est pas une grosse perte, mais dans des endroits tel un salon funéraire où toute la famille est présente et vit un énorme chagrin, ça laisse un grand froid planer et un garnd malaise pour les autres qui sont présents.  

 

L'autre soeur de mon mari, si ce n'avait pas été de moi qui me suis approchée d'elle pour lui faire un câlin, car j'ai initié cette accolade, elle ne m'aurait pas embrassée et son conjoint lui, m'a saluée tout simplement d'un signe de la tête, sans plus et il ont agit de la même façon avec mon mari.  C'est à eux que j'avais écrit la lettre qui exprimait notre chagrin de nous être vu refusé de dormir chez eux une nuit.  J'ai agit comme il se devait aujourd'hui, j'ai ignoré ceux  qui ne veulent plus me côtoyer et j'ai tenté une approche avec les deux autres.  Ils devraient plutôt se remettre en question et réfléchir au mal qu'ils nous ont fait.  Ils agissent en adultes immatures.

 

Comme on en discutait mon mari et moi au retour, nous n'avons rien à nous reprocher, nous avons agit de façon civilisée et un jour, ils s'en mordront les doigts d'avoir si mal agit. 

 

Demain, ce sera difficile à l'église, ma fille ira réciter des paroles en mémoire de son grand-père, elle le fera avec mon neveu et si l'un devient trop émotif, l'autre prendra la relève.  Deux autres iront à leur tour parler en mémoire de leur grand-père.  Ce sera émouvant, et ce sera encore plus pénible si notre fille fond en larmes. 

 

Après les funérailles, une limousine amènera les 5 enfants au cimetière et nous, les brus et les gendres et nos enfants, nous les rejoindrons en voiture au cimetière.  Un buffet sera servi par la suite dans une salle.  Et enfin tout sera terminé et nous  pourrons reprendre le cours normal de notre vie en pansant notre chagrin au fil des semaines.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bfrance - dans Amitié et cancer
commenter cet article

commentaires

Roussa 24/10/2012 01:49



Merci de partagercet intéressant blog j'apprecie beaucoup. Quand on voit le salon funéraire on pense toujours à le mot tristesse. C'est sure si on emploi ce mot c'est parce qu'on a or on vient de
perdre un être très cher. Mes proches utilisent toujours salons funéraires pour de tout services funéraires et leur services sont
vraiment formidales Une façon de montrer d'amour et de respect envers ceux qu'on aime. N'hésitez surtout pas de visiter la précédante adresse. Ca vaut vraiment la peine.

bfrance 27/10/2012 01:05



Merci pour votre appréciation envers mon blog, et perdre un être cher c'est difficile mais lorsque c'est bien organisé, ça donne l'occasion de tous se soutenir ensemble.  Merci pour
l'adresse, cela peut intéresser des lectrices. 



nallie 23/02/2012 14:36


france


oui moi aussi j'ai pensé a mon enterrement avec cette maladie et comme on m'avait condamné...


mais j'ai réjeter très fort cette idée car j'ai deux filles que j'aime plus que tout et je veux les voir grandir


et depuis je ne vais plus au cimetière je ne veux plus mettre mes pieds dans cette endroit qui appartient au personne qui ne sont plus de ce monde


je suis vivante et reste avec les vivants


mon frère est dans mon coeur a tout jamais


peut etre qu'avec le temps un jour je pourrais y retourner quand j'aurai l'esprit tranquille et que la maladie soit plus derrière moi


nallie

bfrance 24/02/2012 06:10



Je ne suis jamais retournée au cimetière pour me recueillir sur la tombe de mon papa, et ni sur  aucune autre tombe.  J'ai beaucoup de difficulté avec tout ça.



biquette 21/02/2012 09:36


Chère France,


Tu vis avec ton mari et ta fille  des moments difficiles, et je te transmets plein de pensées positives et réconfortantes.


Je pense que dans toutes les familles il y a des tensions, des malentendus, et cela rend les relations souvent bien compliquées. 


Cela a dû être dur pour toi de cotoyer des gens aussi désagréables et inhumains, en ne réagissant pas, en gardant ton calme et ta dignité. Mais tu as bien fait, tu peux te regarder dans la glace
sans honte, eux ne peuvent pas en dire autant!


Je t'embrasse, transmets mes condoléances à ton mari.


Biquette

bfrance 21/02/2012 16:11



Tu as raison Biquette, je n'ai rien à me reprocher, nous n'avons rien à nous reprocher mon mari et moi. J'ai agit comme il se devait en leur faisant part de la peine qu'ils nous ont
fait en nous refusant le gîte pour une nuit, et tout cela a été fait avec tellement de douceur et de diplomatie, je ne comprends pas leur colère vis-à-vis de nous.  Tant pis pour eux
s'ils ont trop de rancune dans leur coeur et s'ils ne sont pas en mesure de constater le mal qu'ils ont fait. Lorsque le prêtre hier a parlé de pardon, j'aurais eu le goût de leur crier: 
Quand demanderez vous pardon?  Je te remercie pour tes condoléances et je les transmettrai à mon mari sois-en bien certaine. Je t'embrasse. France



caro 20/02/2012 14:09


Chère France, je vous envoie de bonnes ondes pour cette étape difficile aujourd'hui et à la lecture de ton article c'est vrai que vous avez agit en gens civilisés envers ces
personnes et sans jugement mais j'en déduit que ces personnes ne vous méritent pas du tout pour agir de la sorte. Je vous envoie toutes les ondes possibles pour ce jour à toi, ton mari,
ta fille. Beaucoup de courage, je vous embrasse tendrement .Gros bious à vous tous xoxoo

bfrance 21/02/2012 22:11



Merci encore Caro et nous sommes en paix avec notre attitude car nous avons agit comme il se devait.  Ce n'était pas la place pour régler nos comptes de toute façon.  Gros
bisous et merci à toi et ton mari pour vos messages de sympathies.



nallie 20/02/2012 11:21


france


toujours difficile les enterrements


le pire enterrement que j'ai eu est celui de mon unique frère en 1994 il n'avait que 25 ans , mais ne supportait plus la vie, il a ey de mauvaises fréquentations et il a été aussi dans la drogue


il était malheuireux alors il a décidé d'arreter le cours de sa vie


depuis deux ans je n'arrive plus a aller au cilmetiere je ne supporte plus cet endroit surtout depuis que je suis tombée malade


surtout je ne voulais pas le rejoindre


ce qui est dur maintenant c'est qu'il ne connaitra jamais mes enfants


oui demain est un autre jour...


a chaque jour suffit sa peine


tendrement


nallie


 

bfrance 21/02/2012 22:16



Difficile en effet.  Je comprends, perdre un frère est déjà difficile, j'imagine le perdre si jeune, quel chagrin vous avez vécu.  Ce décès m'a fait envisager le mien, et j'ai
trouvé ça difficile j'avoue.  Je ne veux pas mourir, j'ai trop de choses à vivre.  Ton frère n'a pas connu tes enfants, je ne connaitrai peut-être pas mes futurs petits-enfants. 
Merci de ce message, et je t'embrasse Nallie.



Diane Morin 20/02/2012 07:33


Ma chère France, quelques mots avant de dormir. Ton texte est très, très émouvant et je le le relirai plus lentement demain.  Je tiens à te dire qu'en ces moments éprouvants, la belle-soeur
qui t'ignore mériterait d'être dans le cercueil à la place de ton cher beau-papa.  La froideur de la soeur de ton mari nous glace de la tête aux pieds; si j'avais été au salon avec toi,
j'aurais eu plus peur de lui toucher que de toucher la main de ton beau-papa.  Car lui, il avait un coeur pur et je suis heureuse de savoir qu'il a vécu une agréable fin de vie et qu'il a
même dansé la veille de son trépas; son envolée vers le ciel a dû être sublime... Comme tu écris si bien, tu pourrais écrire un beau texte sur le passage de la vie à la mort de celui que tu
as eu le privilège d'avoir comme beau-papa pendant environ 40 ans...  Je sais que tu seras forte demain.  De tout coeur avec toi, Diane XX

bfrance 21/02/2012 22:22



Merci Diane, il est touchant ton commentaire.  J'ai été forte, je me devais de l'être pour mon mari, mais j'ai aussi pleuré et je le faisais pleurer en le faisant, mais c'est tout à
fait normal de pleurer dans de pareils moments.  Les deux belles-soeurs au coeur de pierre, un jour seront punies d'une autre façon pour le mal qu'elles nous ont fait encore pendant les 2
derniers jours.  Je ne peux comprendre qu'il y ait des gens si méchants alors que c'est si facile d'être conciliant pour un membre da la famille qui vit un cancer.  Pour eux, j'étais la
cancéreuse et elles ne voulaient pas entendre parler de cancer et nous l'ont fait voir à d'une façon très cavalière.  On ne prive pas son frère et sa belle-soeur de venir dormir une
nuit lorsqu'ils ont la place pour nous héberger plutôt que de nous envoyer à l'hôtel.  Je n'aurais pu agir de la sorte, mais elle l'a fait sans avoir de remord et c'est nous qui paie pour
avoir été honnête et leur faire comprendre qu'ils nous ont fait un grand chagrin.  Merci Diane, je me sens moins seule en constatant que tu comprends ce que nous avons vécu.  Je
t'embrasse, France xxx



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives