Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 04:48

 Avez-vous remarqué l'attitude des gens qui vous entourent lorsque vous apprenez votre cancer et plus tard après les traitements lorsqu'on vous pense guéries alors que vous êtes en rémission? Ils sont emphatiques au début et ils deviennent antipathiques par la suite.

 

Pour certaines personnes le mot rémission veut dire guérie et ce n'est pas le cas.  On le voudrait toutes être guéries, mais il y a un délai de 5 ans qui indique que c'est vraiment la rémission et cela ne veux pas dire que le cancer ne récidivera pas.  Je ne veux pas être rabat-joie, mais c'est la réalité du cancer.  Ce n'est pas parce que les patientes ne reçoivent plus de chimiothérapie et de radiothérapie qui rendent souvent les patientes malades que ça insinue guérison.

 

Pour les femmes qui ont un cancer-hormonaux dépendants, cela indique qu'il faut prendre pendant 5 ans l'Arimidex  ou  un autre médicament dans la même catégorie que celui-ci.  Et ces médicaments ont beaucoup d'effets secondaires:   Douleurs musculaires et articulaires, bouffées de chaleur, de la fatigue, de l'insomnie et j'en passe, il y en a tout de même beaucoup  et ce seraient trop long à énumérer.  Pour les autres qui ont un cancer très agressif HER2 positif pour ne nommer c que lui-ci, cela veut dire de recevoir l'Herceptine pour la vie s'il y a des métastases et un an  pour les autres sans métastases.

 

Tout ceci signifie que même les patientes qui ne reçoivent plus de chimiothérapie et de radiothérapie, que les traitements continuent d'une autre façon pour certaines.  Il faut aussi que les patientes se remettent de tous ces traitements qui sont pénibles et qui puisent toutes les énergies et s'en suit une énorme fatigue qui peut durer plusieurs mois, voir même plusieurs années. 

 

Des suivis réguliers sont nécessaires:   Des analyses sanguines et  parfois des examens plus  poussés sont prescrits. Le cancer nécessite  un suivi à vie et il existe toujours un stress  très présent lors de ces examens pour nous rappeler que nous  sommes des guerrières combattantes  qui souhaitent guérir et ne plus avoir à combattre cette bête méchante qui est de taille.  Nous voulons plus que tout s'en remettre et nous ne voulons plus affronter cet adversaire.  Juste de se battre constamment épuise et les proches doivent comprendre que ce n'est jamais terminé.

 

Personnellement je n'ai pas eu à subir de la chimiothérapie et de la radiothérapie, et ce fût moins pénible pour moi.  La mauvaise nouvelle à l'annonce des métastases osseuses n'a pas été la bienvenue, mais mon mari et moi, nous avons retroussé nos manches et nous étions positifs et nous savions que nous pouvions passer au travers l'annonce des métastases.  Mon cancer du sein est passé du stade II au stade IV, ce qui veut dire incurable. Au tout début je me suis dit, j'aurai de la chimiothérapie, je perdrai mes cheveux et par la suite  tout rentrera dans l'ordre. Mais l’annonce des métastases a eu lieu 3 mois après ma mastectomie.   Je dois maintenant recevoir des traitements d'Arédia pour le reste de ma vie.  Tous les mois ce traitement me rappelle que je dois continuer à me battre pour vivre le plus longtemps possible.  L’Arédia est un traitement pour protéger mes os et éviter le plus possible les fractures.

 

L'entourage est parfois méchant avec des commentaires qui sont très irréfléchis.  Qui sont t'ils pour  oser dire?   Tout va bien, tu es guérie cesse de dire que tu es fatiguée, que tu n'as plus d'énergie.   Qu'ils se mettent dans notre peau pour savoir ce que nous traversons, et peut-être comprendront t'ils que ce n'est pas une mauvaise grippe un cancer, mais un combat qui perdure toute la vie. 

 

Notre vie a été bousculée et cette épreuve est difficile, mais combien en même temps nous recevons une leçon de vie. Nous ne voyons plus la vie de la même façon et eux ne savent pas ce que nous ressentons.

 

Si je parle pour moi, cette épreuve m'a fait grandir à tous les niveaux et je vois la vie tellement différemment. Ça m'a permis de connaître dans mon entourage les personnes vraies avec qui j'ai le goût de continuer et les autres avec qui je ne veux plus du tout avoir de contact.  C'est triste de constater que ça prend une épreuve de la vie pour les voir sous un autre jour et qu'ils ne sont pas les personnes que nous pensions bien connaître.  Ça permet de faire le grand ménage dans notre vie.

 

Je remarque que  l'un de  mes beaux-frères, très gentil en passant, me dit à chaque fois qu'il me voit :   Tu as l'air bien, ça ne parait pas que tu  es malade. Tu as l'air en forme. Il ne sait pas quelle quantité de médicaments  je prends tous les jours,  il ne sait pas que lorsque mes médicaments n'agissent plus combien j'ai mal. Il ne me voit jamais dans les pires moments.  Mon mari lui a dit à quel   point il est fier de moi et que je suis courageuse malgré mes grandes souffrances. Les gens ne semblent pas le réaliser parce que j'ai bonne mine. Et plusieurs  personnes vivent des situations similaires aussi et je trouve que c'est fâchant de voir de quelle façon les gens peuvent interpréter cela.

 

J'ai toujours pris le temps de me maquiller tous les matins, de prendre soin de ma personne et il faut que je sois vraiment amochée pour ne pas me maquiller comme c'est arrivé ces derniers jours avec mes douleurs atroces qui puisent toutes mes énergies.  À ma première intervention pour mon cancer du sein, j'ai subit l'anesthésie le matin, et en après-midi je me suis maquillée sur mon lit d'hôpital à la grande surprise de mon mari qui pensait me retrouver dans les vaps.

 

Je suis heureuse qu’il soit dans ma vie parce que sans lui je n’aurais peut-être pas eu autant le goût de me  battre.

 

Aux gens qui ne savent pas de quoi ils parlent lorsqu’ils s’adressent à une personne qui vit un cancer ou qui en a vécu un,  prenez le temps de lire sur le sujet avant de lancer des commentaires blessants.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bfrance
commenter cet article

commentaires

Manon 17/08/2011 21:04



Comme tu as raison, voilà pourquoi j,ai coupé les ponts avec mes copines de travail. Elles me regardaient et ne comprenaient pas pouquoi je ne revenais pas travailler. Faut être dedans pour
savoir ce que c'est. Bonne journée Bisous



bfrance 18/08/2011 03:39



Ça n'a aucun sens et tu as bien fait de couper les ponts avec elle.  Je suis certaine que si j'avais encore été à mon boulot, on m'aurait forcée à revenir au travail.  C'était
sévère pour les personnes vraiment malades et pour les plaignards qui n'avaient rien de grave, eux pouvaient demeurer en arrêt de travail assez longtemps.  Il n'y a aucune justice dans ce
monde et c'est révoltant. Bonne soirée et bisous.



Kelly 17/08/2011 17:45



Que dire de plus sur l'attitude des gens ? tu as bien résumé. C'est pour n'importe quelle longue maladie... Si tu n'es pas en lourd traitement ou... pire. Tu es guerie. Les traitements à longs
termes, les fatigues qui en découlent, restent incompréhensibles pour ceux qui n'ont rien. Gros bisous



bfrance 18/08/2011 03:32



Tu as   tout  compris et je sais que toi  aussi cette attitude t'horripile tout comme moi. S'ils savaient tout ce que nous traversons, leurs propos changeraient
sûrement. Tellement facile de juger. Bisouss à toi et essayons de nous calmer face à ses propos vraiment difficile à digérer.



Biquette 17/08/2011 15:58



Bonjour France,


Je pense que malheureusement les gens dont tu parles ne lisent pas de tels témoignages, ça ne les intéresse pas du tout! Ils sont persuadés (ou veulent l'être...) que le cancer se guérit, que
finalement c'est une maladie comme une autre, que si on a l'air d'aller bien c'est qu'on va bien, qu'on s'écoute trop...etc...


Je constate que les gens se plaignent beaucoup plus pour des broutilles, des petits maux que pour une vraie souffrance qui reste souvent cachée, muette.


Hier j'ai rendu visite à mon amie Christine qui souffre de métastases osseuses; je l'ai trouvée en train de passer la tondeuse, elle est très active, je sais que c'est pour ne pas se laisser
abattre, elle lutte fort, mais elle a peur comme elle me l' a confié...elle ne sait pas de quoi demain sera fait, alors elle vit à 100%.


Ses voisins ne doivent pas penser qu'elle est ausssi malade, sans doute lui trouvent ils bonne mine, et se disent que tout va bien...


Mais j'ai vu son regard, j'ai senti son étreinte quand on s'est dit au revoir, et je sais à quel point c'est horrible à vivre...


Il faut continuer à témoigner comme tu le fais, déjà ça te fait du bien à toi et c'est important, et peut-être ça peut quand même toucher des "biens portants"...qui sait?


ici, il fait de nouveau chaud, je vais arroser le jardin,


bonne journée, la meilleure possible, bises, biquette



bfrance 18/08/2011 03:19



Bonsoir Biquette, En effet je pense comme toi que les gens ne lisent pas ces témoignages parce que pour eux, leur façon d'interpréter tout cela est fait à leur manière,
ils croient tout savoir, ce qui est faux.  Si ce ne serait pas de mes douleurs, je te jures, je me sens bien et c'est difficile de concevoir que j'ai cette maladie.  Ces personnes
ne comprennent pas ce que nous pouvons vivre, et un jour ça peut leur arriver, chose que je ne leur souhaite pas, mais c'est à ce moment que ces personnes remettent les pendules à l'heure. Le
cancer du sein est un fléau, les médias ne cessent d'en parler et il faut vraiment être bouché pour réagir de la sorte.


J'ai par contre une amie qui me dit et me raconte ses mauvais moments et me dit toujours: Je ne devrais pas me lamenter, tu vis des choses bcp plus terribles que les
miennes et de lui répondre:  Chacun  a ses problèmes et lorsqu'une maladie frappe, même si elle n'est pas mortelle, ça prend un suivi médical et si  elle a besoin de se confier,
c'est normal et je suis là pour la soutenir.


Est-ce que ton amie souffre?  Et où sont situé ses métastases sur ses os et depuis combien de temps a t'elle appris qu'elle en a? Tu peux la mettre en contact avec le blog et nous
sommes quelques-unes à avoir des métastases et  nous pourrions lui aider.


Ici au Québec il fait beau et chaud aussi, et il faut profiter de ces belles journées, qui déjà ont commencées à raccourcir et la noirceur est présente à 20h30.  Ça sent
l'automne.


Merci pour tes souhaits de journée la meilleure possible, mais ce n'est pas le cas, la souffrance est présente +++ et j'ai vraiment hâte que ça cesse. Bisous, France



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives