Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 05:26

 

Ma petite Maggy (notre petit chienne de la race des shitsus) que nous avons eu le plaisir d'avoir avec nous à l'âge de 8 semaines, a eu 16 ans le 3 décembre.  Elle est malheureusement maintenant aveugle à 98%.  Elle réussit à entrevoir difficilement un biscuit si je le place à quelques centimètres d’elle. Si elle décide de se déplacer un peu plus loin, et que  le biscuit n'est plus dans son champ de vision, elle ne le voit plus.  Comme si ce n'était pas suffisant d'être aveugle, notre petite puce est sourde et incontinente.  Je dois  mettre un piqué par terre pour qu’elle puisse uriner dessus. À mon grand étonnement malgré son âge avancé, elle a appris rapidement parce qu'elle fait tous ses pipis sur ses piqués.  Je fais des lavages très souvent depuis qu'elle est incontinente.  Je la laisse dormir au sous-sol la nuit, et lorsque je sais qu'elle a uriné sur ses piqués, je la monte à l'étage avec nous. 

 

Lorsqu'elle marche dans la maison sur le plancher en bois et sur la céramique dans la cuisine, elle se retrouve à chaque fois sur son petit derrière pauvre petite.  Les planchers sont trop glissants pour elle maintenant. Elle n’arrête pas pour autant de marcher, elle se relève et elle recommence à se promener, elle marche beaucoup dans une journée.  Je me demande où elle prend son énergie à son âge.  Lorsqu'elle mange, (parce qu'elle n'a jamais perdu l'appétit) ses pattes glissent, et elle se retrouve avec les deux pattes de devant dans son plat. Je dois la remettre dans la bonne position pour qu'elle  puisse terminer de manger.  Elle réussit à le faire seule aussi si je ne suis pas près d'elle.  Je place maintenant son plat sur un petit tapis, ça l'aide à moins glisser pour être en mesure de se nourrir sans trop de difficulté.

                                                                                                             

J'ai vécu beaucoup d’anxiété  dernièrement dans l'attente de mes résultats d'examens et malheureusement mon anxiété ne me quitte pas.  Avoir à prendre la décision de faire euthanasier ma petite puce c'est très difficile. Nous l'aimons tellement, nous l'avons amené partout avec nous si on décidait d'aller passer une fin de semaine en visite.  Elle était adorable, nous ne l'entendions pas en voiture, elle dormait dès le départ et elle se réveillait à notre arrivée.  Ça ne dérangeait pas les gens qu'elle soit avec nous, tous la trouvait adorable. Elle a eu une belle vie avec nous et elle nous a rendu heureux.Elle nous manquera terriblement.  Je ne cesse pas un instant de penser qu'il faut que je pose le geste pour son bien car elle est rendue au bout de sa route.  Je réfléchis depuis un bon moment déjà et je n'arrive toujours pas à me décider.  C’est de l’égoïsme de ma part, parce que vouloir la garder avec nous dans sa condition actuelle, c'est totalement égoïste, elle n'a pas une bien bonne qualité de vie.

 

Mon mari me dit qu'elle souffre et moi je ne trouve pas qu'elle souffre autant qu'il le prétend.  L'an dernier nous l'avons amenée chez le vétérinaire pour un problème avec son estomac.  Elle a eu ce problème deux fois en 1 an, pratiquement à la même date l'année précédente.  Le vétérinaire lui avait prescrit des antibiotiques et un autre médicament à prendre une fois par jour.  Le traitement a duré une semaine et elle s’est rétablie rapidement. 

 

À sa dernière visite à la clinique, la vétérinaire a fait un examen physique et elle a détecté une grosseur à une tétine.  Elle nous a demandé d’y porter attention afin de vérifier si ça grossissait.  Jusqu'à présent, ça ne semble pas avoir changé, la masse semble stable.  Cependant, je remarque depuis quelques semaines qu'elle se plaint en soirée lorsqu'elle tente de trouver une position confortable pour dormir dans son petit lit.  Cette masse est près de sa patte gauche et lorsqu'elle se couche sur le côté, le frottement de la masse sur sa patte la rend inconfortable.  J’applique une compresse humide  que j'ai préalablement mouillée à l'eau chaude sur sa tétine douloureuse, et ça semble la soulager parce qu'elle n'émet plus par la suite de petits gémissements.

 

Je suis allée à la clinique vétérinaire lui acheter un peu de nourriture sèche.  Je ne voulais pas acheter un gros sac comme je l'ai toujours fait parce qu'elle n'aurait pas le temps de tout manger si je décide  de la faire euthanasier..  Ils ont voulu m'accommoder en me vendant une plus petite quantité.  J'ai alors profité du moment que j'étais présente à la clinique pour demander à la technicienne si on ressentait le bon moment pour procéder à l'euthanasie et elle m'a répondue que nous ne sommes jamais prêts.  J'ai versé beaucoup de larmes, la technicienne est venue me rejoindre.  Elle a déposé sa main sur mon épaule pour me consoler avec sa voix douce.  Je lui ai dit que je voulais être présente lorsque la  vétérinaire procéderait.  Elle m'a dit de me respecter dans cela et si c'est trop difficile, de sortir si ça devient insupportable de la voir rendre son dernier souffle.  J'ai aussi demandé si elle souffrirait, sa réponse a été que c'est l'intraveineuse qui leur fait mal et qu'après, elle commencera à s'endormir et quelques minutes après, elle fera un arrêt cardio-respiratoire et ce sera terminé.

 

Que j'en ai versé des larmes, et imaginez, mon chien n'était pas avec moi, je prenais simplement des informations.  Elle m'a aussi dit qu'elle ressentira mon anxiété, et ça je le crois parce qu'hier je l'ai prise dans mes bras, je lui donnais des bisous sur la tête, je lui disais que je l'aimais et je pleurais comme un bébé.  Elle a sans doute ressenti mes émotions qui étaient à fleur de peau, car elle est venue appuyer sa petite tête sur ma poitrine.  Juste d'écrire ces dernières phrases et j'ai les yeux qui coulent, je pleure encore une fois de plus.  

 

Nous devons pour en revenir à ce moment pénible, prendre la décision pour au plus tard samedi si nous nous rendons pour Noël chez le frère de mon conjoint justement parce que nous ne pouvons pas l'amener.  Si c'est trop difficile pour moi de la faire euthanasier samedi, parce que je ressens de la pression qui s'ajoute de la part de mon conjoint,  je le ferai ultérieurement. 

 

En attendant, je vis des moments très difficiles.  J'anticipais ce moment depuis un an environ, parce qu'on constatait qu'elle vieillissait, qu'elle ne voyait plus aussi bien et qu'elle entendait moins.  Mon mari est prêt à procéder, mais il me respecte dans tout cela.  Il faut que je pense à elle et non à moi, parce que c'est elle qui vit ses changements drastiques, moi je n'ai qu'à nettoyer ses dégâts et à continuer à lui donner de l'amour.  Mais le plus beau cadeau que je puisse lui faire, est de la laisser partir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                             

Partager cet article

Repost 0
Published by bfrance - dans zoothérapie
commenter cet article

commentaires

Kelly 23/12/2013 16:17


Comme je te l'ai ecrit sur mon mail, pas evident comme decision. Bon courage à vous deux quelque soit votre décision. Bisous Kelly

bfrance 23/12/2013 17:19



Eh bien, 2 commentaires wow que je suis contente.  Non ce n'est pas évident, samedi matin je l'avais dans les bras et je pleurais, j'étais décidée à 95%, et je n'ai pas été capable.
Je me suis présentée chez le vétérinaire pour lui acheter de la bouffe.  Mon mari est très décidé et depuis longtemps, moi je ne l'étais pas samedi.  Ça nous empêche de quitter pour se
rendre dans la famille pour Noël.  Pas facile du tout, il faut que je me décide car je la regardais hier soir et elle fait vraiment pitié.  Gros bisous   pour toi, ça compense
pour toutes les fois où tu n'es pas venu



Mary 19/12/2013 13:00


Oh France c'est pas facile, je le sais, nous avons fait endormir notre belle Sheeva, un labrador blond que nous aussi avons eu a 6 semaines et elle est partie le 11 octobre, tout doucement dans
les bras de mon mari... elle nous manque a chaque jour, je me trouve encore souvent a la chercher dans la maison et surtout quand nous allons a l'extérieur, elle aimait tellement.  Mais il
faut dire que notre elle Sheeva était rendu sourde, avait des problèmes de vu et ses pattes arri;eres lui faisait mal, nous avons pris une décision très difficile pour par amour pour Sheeva.
 Je te souhaite bon courage, comme nous les aimons ces petits bébé la.  Sheeva ma suivit tout au long de ma maladie, elle venait souvent avec moi marcher aprés un traitement, elle nous
manque toujours mais nous savons qu'elle est bien présentement... c'est difficile cette décision et nous aussi nous avons pleuré mon mari et moi.  Encore une fois bon courage mais c'est une
bonne décision, il ne souffre pas du tout et le vétérinaire a été tellement gentil, toujours des décisions difficiles mais tellement pour leur bien.  Je penses a toi et ton mari.

bfrance 20/12/2013 00:01



Bonsoir Mary,


Comme je te comprends, elle doit effectivement vous manquer énormément.  Ma soeur a un labrador blond, une femelle.  Ce sont de très beaux chiens.  Comme tu as pu le lire
dans l'article, ma belle petite Maggy est sourde, aveugle, et difficulté à marcher, elle manque d'équilibre.  Ma décision n'est pas encore prise, la vétérinaire ferme à midi samedi et par la
suite elle ouvrira le bureau mardi et congé de Noël après.  En tout cas si je ne le fais pas samedi, c'est certain que nous n'irons pas réveillonner chez le frère de mon mari.  Nous
passerons un Noël seuls ici tous les deux avec Maggy.  J'ai toujours voulu être présente pour sa fin de vie en l'accompagnant.  Je n'arrête pas d'y penser, mais je suis encore incapable
de me décider, je crois que si je ne prends pas mon courage à deux mains, je ne le ferai jamais.  Merci pour ton empathie, c'est gentil, et j'ai une belle pensée pour vous, comme tu le dis,
elle est mieux maintenant qu'elle est délivrée de ses douleurs.  Je te souhaite une belle fin de soirée et à bientôt.



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives