Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 19:29

Comme vous le savez, je voyais mon oncologue hier matin.  Il était d'excellente humeur et il me dit en me voyant lorsqu'il est sorti de son bureau "Bonjour Madame D, comment allez-vous"?  Je lui ai répondu pas trop mal.  J'entre dans le bureau et il me demande pourquoi pas trop mal et je lui répond que je souffre énormément.  Il me demande si c'est toujours ma fesse qui me fait tant souffrir et je lui réponds que oui mais que par contre je suis heureuse, j'ai enfin mon rendez-vous pour le bloc facettaire.  Il se réjouit de cette bonne nouvelle et de la suivante également, (que je ferai la résonnance magnétique dans deux semaines). 

 

Il désire savoir si j'ai des douleurs autre part et j'ai complètement oublié de lui parler de mes genoux et de mes épaules, quoique la scintigraphie osseuse n'ait rien révélé de malin à ce sujet.  Si des images suspectes avaient été présentes lors de la scintigraphie, le rapport final l'aurait noté et c'est pour cette raison qu'il ne voit aucune objection à ce que je reçoive le bloc facettaire.

 

Il me dit que tout va passablement bien même si les marqueurs ont montés.  Il ne me parle pas des CEA qui sont beaucoup plus haut que la normale,(sûrement pour ne pas m'inquiéter car il m'a dit lors de la visite précédente qu'il ne me le dirait  plus lorsqu'il serait inquiet). Il me parle par contre des CA 15-3 qui sont toujours dans la normale.  Il ne s'inquiète pas trop qu'ils aient montés car ils se situent toujours dans la normale et tant qu'ils le resteront, c'est très bon signe me dit t'il.  Il a regardé tous les nombreux résultats des analyses sanguines que j'ai passées et rien ne semble le contrarier, ce que je considère heureux et ce encore une fois s'il ne veut rien me cacher pour ne pas m'inquiéter.

 

Il me fait l'examen physique (Examine mon sein, mes aisselles, mon thorax, m'ausculte, vérifie par des pressions mon foie afin de savoir si des masses ne s'y trouveraient pas, vérifie si j'ai des ganglions dans le cou, aux aines.  Tout est sous contrôle et il est heureux de mon attitude à bien suivre ses recommandations qui font qu' encore,  cette fois-ci il est satisfait de moi, la battante que je suis. 

 

J'ai oublié de lui demander avant de quitter le bureau s'il désirait me revoir après la résonnance magnétique, et encore une fois ma mémoire a fait défaut.  Il me contactera si la résonnance dépiste une anomalie dans mon sein, je ne suis pas inquiète.  C'est peut-être pour cette raison que je ne suis pas si joyeuse des nouvelles, l'attente des suites de la résonnance sera encore pour moi quelques jours d'anxiété, j'espère tellement que tout soit sans problème. 

 

Il est vrai que je n'ai pas le moral au beau fixe ces temps-ci, la douleur y est pour beaucoup car elle m'invalide trop et je m'ennuie de ne jamais faire de sortie pour me changer les idées.  Le goût du voyage revient au galop, et malgré mes recherches pour trouver une compagne pour voyager, ça ne semble pas se concrétiser pour l'instant.  J'aimerais aller en octobre réchauffer mes os au bord de la mer là où il fait si beau et chaud. 

 

Je le revois dans 4 mois,  le 10 décembre prochain, d'ici là, si les résultats de la résonnance magnétique sont négatifs et que le bloc facettaire fait son travail pour m'empêcher de souffrir, je retrouverai cette joie de vivre qui m'habite la plupart du temps.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nallie 23/08/2012 22:11


chère france


oui garde le morale comme tu sais si bien le faire


et oui réserve un voyage pars au soleil


je suis contente que tes résultats soient bons


bisous nallie

bfrance 25/08/2012 21:04



Coucou Nallie,


Merci de tes gentilles paroles, tu sais il faut le garder le courage même si certaines journées sont plus difficiles que d'autres, toi aussi gardes ton courage, tu te bats bien depuis 3
ans.  Bisous à toi Nallie.



margareth 23/08/2012 19:40


Au moins l'oncologue t'a rassurée pour le moment. C'est toujours bon à prendre. Comme toi, je me sens mieux lorsque le médecin est chaleureux et rassurant, même dans les moments critiques. Comme
vous le dites l'une et l'autre, le cancer nous rend vulnérables et beaucoup plus sensibles aux mouvements d'humeur autour de nous. Il n'est pas facile d'avoir une humeur constante avec la peur
permanente que le cancer ne se réveille. La plupart des gens ne le comprennent pas.

bfrance 25/08/2012 21:50



Oui un peu, il reste l'IRM et par la suite je serai soulagée si la résonnance s'avère négative. Ça  aide à se sentir en confiance lorsque lemédecin n'hésite pas à nous parler et se
montrer rassurant.  Oui est  ce n'est pas tout le monde qui comprend nos sautes d'humeur causées par la maladie. Il faudrait qu'il y ait des conférences pour les gens qui vivent autour
de nous afin de leur faire comprendre que le cancer ce n'est pas facile et que nous avons de moins bonnes journées et que leur attitude n'aide pas.



Biquette 22/08/2012 08:28


hello France...


J'espère que tu vas vite retrouver ton moral, ton énergie et que tu vas faire des projets de voyage au soleil! 


C'est normal d'avoir "des hauts et des bas" avec la douleur, l'attente des résultats, la peur que la maladie revienne...on en est toutes là avec le cancer...


Et parfois il suffit d'une rencontre amicale, d'un joli rayon de soleil, d'une bonne nouvelle, et tout repart, on se sent mieux, on fait des projets!


Ce qui est positif et très encourageant c'est que ton oncologue soit serein. Maintenant il te faut attendre l'IRM et l'attente est angoissante. Je suis sûre que tout va bien se passer et alors tu
seras soulagée et rassurée pour les mois à venir.


Le moral ne se commande pas, hélas...


Là, je me sens assez déprimée et je dors mal; je connais la cause de cette mauvaise passe: ma petite-fille est repartie lundi au Québec, il s'écoulera  de longs mois avant de la revoir ainsi
que ses frères et ses parents. Mon coeur saigne...On a passé de très bons moments avec elle pendant ce séjour en France, c'est si injuste d'être séparés comme ça...C'est le choix de ses parents
et nous le subissons...Depuis 9 ans que j'ai eu le cancer du sein, je me sens plus vulnérable, mais mes enfants ne comprennent pas mon angoisse, pour eux je suis guérie, basta!


Tu sais bien comme nos soeurs de galère que ce n'est pas aussi simple...


Je pense fort à toi, je t'envoie plein de pensées positives et réconfortantes, ainsi que des bises amicales, 


Biquette

bfrance 22/08/2012 17:18



Coucou ma belle amie,


Ne t'en fais pas, il reviendra ce moral, disons que pour l'instant il est moins bon que d'habitude  avec toute la fatigue, le stress et la douleur, il est un peu normal d'avoir
moins le moral.  Tu as raison nous avons des périodes moins bonnes, ça passe et ça revient.  Je trouve aussi que l'été tire à sa fin, nous n'avons pas eu des soirées estivales très
chaudes et l'automne s'en vient à grands pas, trop rapide pour moi, je ne suis pas prête.  J'adore être à l'extérieur le soir et cet été de la chaleur confortable le soir il y en a eu
peu.


Tu as raison, il suffit de peu pour remonter le moral.  Rencontrer une personne et faire un brin de causette et up, le moral va mieux.  Mon oncologue comme tu le dis si bien
était serein, positif et sympathique, il était dans une bonne journée .  L'IRM j'y pense, je n'aime pas être
enfermée dans un espace si restreint et l'attente du résultat bien sûr est stressant.  Je te remercie pour tes paroles réconfortantes, ça me fait du bien et c'est à mon tour maintenant de te
remonter le moral. 


Tu sais, c'est normal ce que tu ressens après le départ de ta petite Mathilde, et comme tu le dis si bien tu seras longtemps sans tous les voir.  Ma fille demeure à 2h15 d'ici, je la
vois peu souvent et lorsqu'elle nous rend visite ou que nous à notre tour nous la visitons, à chaque départ j'ai la larme à l'oeil car je sais qu'il y aura une longue période où je ne la verrai
pas.  Parfois 6 mois imagine et elle demeure au Québec. 


 Je ne suis pas grand-maman et je comprends ton chagrin, car les petits enfants et les grands-parents créent des liens très forts, et il parait que l'amour que nous ressentons pour
eux est indescriptible tellement ce lien est puissant.  Tu n'as pas eu le choix d'accepter qu'ils viennent habiter au Québec et c'est douloureux pour vous.  Heureusement que maintenant
tu peux leur parler directement en cam, ça doit aider plus que de parler au téléphone. 


Les choix de vie de nos enfants nous les subissons et ce n'est pas toujours facile.  Nous n'avons rien à dire, il faut accepter.  C'est normal de se sentir vulnérable avec le
cancer du sein et l'après cancer car toujours cette Épée de Damoclès est suspendue au dessus de nos têtes et les enfants ne comprennent pas qu'une fois les traitements terminés nous ne sommes pas
guéries, nous sommes en rémission.  Chaque visite chez l'oncologue, les analyses et les examens à faire sont là pour nous rappeler que le cancer a existé et que nous devons faire ce suivi
justement pour ne pas qu'il revienne et c'est difficile car c'est impossible de ne plus y penser.


Ma fille pense ainsi, si l'oncologue me dit que je vais bien, pour elle il n'y a pas lieu de  s'inquiéter, elle ne veut pas en parler et elle dit toujours que je m'en fais pour
rien.  Parfois ils nous donnent l'impression de ne pas avoir le coeur à la bonne place et c'est difficile d'accepter leur attitude.  Si ça peut te consoler, dis-toi que tu n'es pas
seule à vivre cette situation avec tes enfants.  Je suis persuadée qu'il en existe plusieurs qui agissent ainsi. 


Je suis triste de lire ton email, et je voulais te dire à mon tour que je t'envoie plein d'ondes positives, tu verras la déprime passera, et toi qui aime marcher, tu pourras faire de
belles promenades dans les sentiers avec l'automne qui arrive.  Vous avez sûrement aussi de beaux arbres aux feuilles multicolores en cette période automnale.  Je t'envoie des bisous
réconfortants et j 'aimerais te serrer dans mes bras.  À bientôt mon amie!



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives