Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 17:27

Cancer du sein: lever des poids réduirait le risque de lymphoedème au brasJe viens de découvrir un article qui m'étonne vraiment. J'ai toujours été avertie de ne pas forcer avec le bras du côté opéré afin d'éviter un lymphoedème et maintenant cet article dit le contraire.  Ça devient vraiment difficile de se faire une opinion fiable.  Comment se fait il que si je lève mon chien qui pèse 12 lbs (6 kilos) j'ai mal au bras pour plusieurs jours, qu'il est engourdi en permanence.  J'avoue que je ne sais plus quoi penser, je ne sais plus à qui me fier et vous?

   

 

7 janvier 2011 – Les femmes traitées pour un cancer du sein courraient de 35 % à 70 % moins de risque d’être atteintes d’un lymphoedème aux bras lorsqu’elles s’entraînent à soulever progressivement des poids.

Depuis longtemps, on recommande aux femmes traitées pour un cancer du sein d’éviter de lever des charges excédant 5 livres (2,27 kg), afin de prévenir le lymphoedème – provoqué par l’accumulation de lymphe dans l’un des bras.

 

Or, une étude menée à Philadelphie aux États-Unis, auprès de 154 femmes traitées pour un cancer du sein, démontre que non seulement soulever des poids n’accentue pas le risque de lymphoedème, mais cela le réduirait de façon importante.



Le lymphoedème est une maladie chronique qui cause de l’enflure aux jambes ou aux bras chez les personnes qui ont été traitées pour un cancer. Il peut se manifester lorsque des ganglions lymphatiques ont été éliminés ou évidés lors des traitements – que ce soit par chirurgie ou radiothérapie.

 

 

Augmentation progressive de la charge  

La moitié des participantes à l’étude se sont entraînées dans un gymnase pendant 1 an. Au cours des 13 premières semaines, un entraîneur leur montrait comment effectuer convenablement les séries d’exercices. Par la suite, elles s’exerçaient de façon autonome.

 

Au début, les poids à soulever n’excédaient pas 2 livres (1 kg). Puis, on augmentait progressivement la charge. Il est à noter que les femmes portaient toutes un vêtement de compression au bras lors des exercices.

Résultats : 17 % des femmes n’ayant pas entrepris le programme de levée de poids ont eu un lymphoedème, contre 11 % chez celles qui ont suivi le programme.

 

Et parmi celles qui avaient subi l’ablation de plus de 5 ganglions, le lymphoedème est apparu chez seulement 7 % des femmes qui ont régulièrement levé des poids, comparativement à 22 % chez celles qui ne l’ont pas fait.

 

Ces résultats sont importants puisque, d’après les auteurs de l’étude, jusqu’à 47 % des femmes qui subissent une chirurgie (mastectomie partielle ou totale) peuvent être atteintes d’un lymphoedème.

Traitement pas encore reconnu au Québec

Le lymphoedème est une maladie pour laquelle il existe peu de traitements efficaces.



Toutefois, une étude canadienne publiée en 2006 démontrait que la thérapie décongestive combinée (TDC) permettait de réduire de moitié le volume du bras des personnes atteintes d’un lymphoedème, après qu’elles aient été traitées pour un cancer du sein.



La TDC combine le drainage lymphatique manuel, ainsi que le port d’un vêtement de compression.



Certaines cliniques offrent la TDC, mais le coût de celle-ci n’est par pris en charge par le régime québécois de la santé, contrairement aux autres provinces canadiennes.

 

C'est bien dommage que ce traitement ne soit pas reconnu au Québec parce que c'est très coûteux et c'est un suivi à très long terme. Il faudrait faciliter ces thérapies aux femmes qui en ont grand besoin et ce sans que ça coûte un sous et que les assurances prennent en charge les traitements.  Le cancer est trop répandu pour qu'on ne se penche pas sur la question très sérieusement.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bfrance - dans Le lymphoedème
commenter cet article

commentaires

jocelyne 26/02/2011 22:22



Je suis d'accord avec toi!


 



bfrance 26/02/2011 22:54



Oui je crois que c'est la bonne décision de ne pas faire ce que cet article dit:)



jocelyne 26/02/2011 13:04



Etonnant, lorsque l'on dit une étude : quels en sont les auteurs, dans quel cadre, quel organisme ????? c'est trop flou pour se faire une idée.


Et puis,une étude ne suffit pas, il faut plusieurs études, des critères différents, peut-être aussi d'autres méthodes de recherche et des comparaisons....


Attention à de tels propos..; peut-être sont-ils justes mais peut-être peuvent-ils être aussi dangereux ?



bfrance 26/02/2011 18:55



Jamais je ne risquerais ce qui a été dit, je maintiens et je confirme que si mon bras bouge trop et soulève trop de poids dans la journée, je souffre.



nallie 14/02/2011 11:51



qu'est ce que s'est cette article???


si je lève trop de charges je met des jours a m'en remettre


le semaine derniere j'ai recu de la famille entre le ménage ranger les assiettes ect...


j'ai toujours mal a l'heure ou je vous écrits


faites attention a vos bras car si le lymphodème est installé difficile de s'en défaire


bisou nallie



bfrance 14/02/2011 19:03



Pour moi c'est un mal continu, et si je range des assiettes ou que j'élève le bras pour laver une vitre, mon bras mettra des jours à ne plus être douloureux et engourdi.  Cette
douleur est permanente et moi je ne fais pas confiance du tout à cet article pour ce qui est de lever des poids, à mon avis c'est contre-indiqué pour toujours.  Bisous.



Kelly 13/02/2011 19:49



Bien curieux comme étude... qui croire ?



bfrance 13/02/2011 20:01



Je ne le sais plus tu sais vraiment plus.



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives