Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 15:41

Ce matin après une bonne nuit de sommeil qui était vraiment la bienvenue parce que ma journée de samedi surtout la fin de la journée a été atroce.  J'ai pleuré de douleur à quelques reprises et j'ai pensé qu'il fallait que j'aille aux urgences.  Je n'avais pas la force de bouger ou de faire quoi que ce soit. Je pense qu'on m'aurait gardée pour la nuit, je n'avais plus aucune position pour me sentir confortable.  J'aurais voulu recevoir l'injection miracle pour faire cesser ces douleurs insupportables.  Pas un jour ne se passe sans que mon corps ressente de la douleur.

 

Avec tous les éternuements des 2 derniers jours j'ai maintenant de la douleur aux côtes, juste rire ou bouger est douloureux.  Mes os sont t'ils si fragiles pour déclencher de la douleur par de simples éternuements?  Je ne comprends plus mon corps, je crois que la douleur ne sait plus où se loger et elle emprunte différents chemins pour me faire souffrir chaque jour.

 

Je dois faire ma prise de sang pour recevoir mon Arédia à la fin de la semaine et je me questionne sérieusement sur les bienfaits de l'Arédia. À l'annonce de mon cancer en janvier 2009, je n'avais aucune douleur au dos, les dernières remontaient à juillet 2008, entorse lombaire et scialtagie.  Pendant toute la durée du processus d'examen, la chirurgie, mon dos s'est très bien porté sans aucune douleur malgré tout le stress que cela comportait.  Les douleurs ont refait surface à nouveau suite à mon premier traitement d'Arédia et ça n'a jamais cessé de progresser depuis le premier traitement en mai 2009.  J'aimerais le cesser pour quelques mois afin de voir si c'est cela qui cause toute ces douleurs atroces.

 

douleur-au-dos-copie-1.jpg

Je n'ai pas pensé le demander à mon oncologue à la dernière visite, je sais que les fois d'auparavant il était contre de cesser le traitement. Mais depuis que je reçois ce traitement qui a pour but de protéger mes os, je me sens si mal, je ne vois pas l'intérêt de poursuivre.  Il n'empêche pas le cancer de progresser, son seul but est de protéger l'ossature.

 

Je poserai la question pour ne pas recevoir le traitement pour quelques mois et je pourrai constater si mon corps réagit bien.  Il y a toujours bien des limites à supporter cette douleur quotidiennement. Les plus belles journées ensoleillées, mes fleurs, mes oiseaux, l'amour de mon mari, rien ne me rend bien lorsque je souffre autant, je n'ai que le goût de dormir pour ne pas souffrir.

 

J'ai débuté mon ancien antidouleur ce matin, c'est celui-ci jusqu'à présent qui m'apporte le plus de soulagement, je le poursuivrai jusqu'à ma visite avec l'orthopédiste et on verra par la suite ce qu'il me suggérera.

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by bfrance - dans Douleur
commenter cet article

commentaires

Jacqueline 12/07/2011 20:57



Si vous vous demandez pourquoi l'Aredia est plus prescrit que le Zometa (disponible seulement sous permission spécial d'un spécialiste), demandez le prix des deux médicaments à votre pharmacien.
VOus allez être estomaquées....



bfrance 12/07/2011 22:48



Allô Jacqueline, oui je sais que le Zométa est plus dispendieux, et mon oncologue ne me le prescrit pas pour cela mais bien parce que je n'ai aucune allergie avec l'Arédia.  Et que
le médicament soit plus dispendieux ne change rien pour certain, c'est nous après tout qui le payons et une partie est remboursée par les assurances.



Manon 12/07/2011 01:31



Oui tu peux espacer les traitements mais aussi tu pourrais essayer le Zométa. Moi je n,ai aucune réaction avec de traitement. Ça fait 9 ans que je l'ai es ce que ça fait quelque chose, je ne sais
pas car j,ai eu 2 fractures au métatarse de chaque pied. A toi de décider. Je viens de finir mes 5 séances de radiothérapie et je suis très fatiguée. Bisous



bfrance 12/07/2011 05:35



J'ai parlé du zométa à mon oncologue et il le prescrit seulement si les gens sont allergiques à l'Arédia.  Ça protège les os tout simplement, ça n'enraye pas les métas.  Tu es
fatiguée, qu'est-ce qui fait que la radiothérapie rend si fatiguée, ce n'est pas la première fois que j'entends parler de ça.    Reposes toi bien et bisous, j'espère que tes
douleurs seront aténuées.



Jacqueline 11/07/2011 13:19



J"ai moi aussi connu ces affreux épisodes de douleurs atroces. Tu aurais dû aller à l'hôpital ça pourait être ta chance d'entrer dans le sercie palliatif pour être suivi. C"est ce qui m'est
arrivé.


Pour ce qui est de l'Aredia, à ce que j'en sache, ce n'est pas pour empêcher la progression du cancer mais pour prévenir les fracturee subites. En effet nos os sont tellement fragiles qu'ils
peuvent briser à rien. Un jour en faisant de léger exercies au Centre Lucie Bruneau, et quand je dis léger, c'était très, très, très léger, je me suis fracturé une côte!


Alors si c'est encore ta situation aujourd'hui, n'hésite pas. Rends-toi à l'hôpital. Tu n'as rien à perdre et qui sait peut-être trouveras-tu enfin des épisodes plus longs de non douleur. Bonne
chance. Jacqueline



bfrance 11/07/2011 17:21



Allô Jacqueline, il y a longtemps que tu étais passées, j'espère que tu vas bien.


Oui je sais bien Jacqueline, mais tu sais ça dépend du médecin qui est à l'urgence, il aurait fallu que je tombe sur le médecin qui fait les soins palliatifs et qui fait de la garde aux
urgences. L'Arédia comme tu dis c'est pour éviter les fractures et je pense que j'aurais bien le goût d'espacer quelques traitements pour vérifier si c'est vraiment cela qui amplifie mes
douleurs.  Je te crois pour un exercice très léger, je pense bien que ce sont mes éternuements qui m'ont donnée la douleur aux côtes.


Bonne journée caniculaire, ouffff il va en faire toute une.



Profil

  • bfrance
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. 

Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.
  • Je suis une femme de 60 ans, née au Québec le 7 décembre 1956. Je suis mariée et mère d'une fille de 37 ans. Mon cancer a été diagnostiqué en janvier 2009. Je continue d'aimer la vie, je la vois différemment maintenant mais je suis positive et je trouve toujours la vie belle.

Rechercher

Archives